Sur TikTok, les vidéos virales ne relèvent pas tant de la magie d’internet que ça

Photo
Pexels

TIKTOK - La plateforme TikTok est connue pour son algorithme qui réussit toujours (ou presque) à montrer les vidéos adaptées aux utilisateurs dans le fameux fil « Pour Toi ». Mais cette précision n’est pas uniquement due à un algorithme.

Ce jeudi 20 janvier, le magazine américain Forbes a révélé que les employés de TikTok pouvaient eux-mêmes mettre en avant des vidéos à l’aide du bouton « heating » (ou « boost »). Selon le média, un document interne rapporte que ces contenus boostés s’élèvent à 1 ou 2 % du visionnage quotidien total.

Une pratique pas si secrète que ça

TikTok ne s’est jamais réellement caché à propos de ce système de « boost ». Il existe même un document qui régit son utilisation. Il y est indiqué que les employés peuvent s’en servir pour « attirer des influenceurs » et pour « promouvoir du contenu diversifié ».

La porte-parole, Jamie Favazza explique que « seulement très peu d’employés basés aux États-Unis ont la possibilité d’approuver la promotion de contenus. Cela représente 0,002 % des vidéos du fil ’Pour Toi’ ».

D’ailleurs, ce n’est pas le seul réseau social à avoir recours à cette pratique. Google et Facebook aussi mettent en avant certaines publications mais en signifiant à l’utilisateur la nature de celles-ci. C’est arrivé, par exemple, quand les réseaux sociaux (dont TikTok) se sont associés à des organismes de santé publique pour diffuser d’importantes informations en rapport avec le Covid-19.

Cela dit, des employés et des ex-employés de la plateforme ont avoué à Forbes que cette pratique a aussi été utilisée pour faire des profits. Notamment en mettant en avant les contenus d’influenceurs et de marques au détriment d’autres. Le but étant d’attirer ces comptes pour obtenir des partenariats.

De plus, le « boost » a été détourné par certains employés. Trois sources ont révélé à Forbes que quelques personnes ont mis en avant leur propre contenu ou même celui de leurs proches. La dérive a notamment permis à un compte personnel de gagner 3 millions de vues.

Des révélations qui tombent mal

Globalement, cette révélation ne tombe pas à pic pour TikTok. Les États-Unis et l’Europe se méfient de plus en plus de l’application et pour cause : il y a près d’un mois, ByteDance (maison mère de TikTok) a avoué avoir espionné des journalistes alors que la plateforme affirmait avoir besoin des données des utilisateurs pour proposer un contenu mieux adapté.

Le fait que la plateforme soit chinoise pose notamment question en termes de modération et de la censure. RFI relaie que plusieurs informations en rapport avec le peuple Ouïghours, opprimé par le gouvernement chinois, ont rapidement disparu de TikTok.

Désormais sous les radars, TikTok essaie de promouvoir une image de transparence. Récemment, la plateforme a annoncé travailler sur une nouvelle fonctionnalité. Elle permettrait aux utilisateurs de comprendre pour quoi telle ou telle vidéo lui est recommandée (« Why This Video »). Interrogée au sujet du « heating », la firme a seulement tenu à préciser qu’elle continuait à développer la fonctionnalité de recommandation.

À voir également sur Le HuffPost :

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Lire aussi