Sur TikTok, une influenceuse chante le cyberharcèlement

·4 min de lecture
<i>My Crown</i> de Brooklynne Webb est considérée comme la nouvelle chanson la plus détestée d'Internet. (Photo: Extrait du clip de Brooklynne Webb, sorti le 08 décembre.)
My Crown de Brooklynne Webb est considérée comme la nouvelle chanson la plus détestée d'Internet. (Photo: Extrait du clip de Brooklynne Webb, sorti le 08 décembre.)

RESEAUX SOCIAUX - Une opération menée de main de maître. Sur une mélodie entraînante, mais agaçante, Brooklynne Webb, dénonce le cyber harcèlement qu’elle a vécu sur la plateforme TikTok.

Avec plus de 10 millions d’abonnés à son compte, la jeune femme, connue sous le pseudonyme de xoBrooklynne, renvoie la balle à ceux qui ne l’aiment pas dans son tout premier single.

My Crown (“ma couronne” en français), dévoilée le 8 décembre et devenue virale en quelques heures, a été vivement critiquée sur les réseaux sociaux car considérée comme gênante, prétentieuse et rappelant le tube Black Fridayde Rebecca Black. Elle a été reprise plus de 40.000 fois sur la plateforme.

Mais la Tiktokeuse explique, dans l’une de ses dernières vidéos, que la chanson faisait justement partie d’un plan pour dénoncer le comportement de certains internautes qui lui adressent des propos déplacés, voire violents.

@xobrooklynne

In case you missed it… MY CROWN MUSIC VIDEO OUT NOW !!

♬ My Crown - XoBrooklynne

Une chanson qui explique son quotidien

Connue sur les réseaux sociaux pour son franc-parler et ses réponses ironiques aux internautes malveillants, Brooklynne Web prône l’acceptation de soi et le body positive.

Habillée constamment de rose dans son clip vidéo, elle raconte qu’elle voulait transposer son caractère de princesse des réseaux arrogante dans le clip. Elle y est entourée de camarades de lycée qui la jugent sur sa façon de parler, ses manières ou sa façon de s’habiller, une reprise des commentaires qu’elle a pu recevoir sur TikTok ou encore Instagram.

La chanson, largement critiquée, n’était qu’un prétexte pour prouver l’ampleur de son harcèlement et beaucoup de ses “haters” ont mordu à l’hameçon. Le 18 décembre, elle publie une vidéo sur sa chaîne YouTube expliquant qu’elle voulait effectivement que la chanson soit mal reçue, car elle savait comment les internautes allaient réagir.

Présente sur TikTok depuis maintenant deux ans, elle ajoute que tout le contenu parlant de sa carrière musicale n’était qu’une vaste “blague préparée en amont et un coup marketing”.

Une satire sur l’amour-propre

“Je suis peut-être émotive, mais je suis meilleure que tout le monde”. Elle explique, toujours dans sa vidéo Youtube, qu’elle a tenu à inclure cette phrase pour appuyer l’ironie de la chanson. “Je suis évidemment une défenseuse du body positiveet de l’amour-propre parce que c’est quelque chose qui me passionne vraiment. Tout le monde allait tomber dans le panneau et en parler et c’est de la satire parce que je ne pense pas être meilleure que tout le monde”, explique-t-elle.

Avant cette sortie musicale, la plupart des vidéos de Brooklynne Webb tournaient autour de la beauté, de danses virales et de reprises de chansons. Elle est devenue très populaire après une vidéo où elle répondait à un commentaire haineux sur son apparence physique.

@xobrooklynne

Reply to @peepings news flash ✨ the new “perfect body” is one that you are healthy, happy & confident in !! #pov

♬ Side to Captain Hook - sound remixes

Le 29 novembre, elle avait déjà dévoilé un teaser du morceau en écrivant: “J’ai écrit une chanson dédiée à mes ennemis sur Internet”.

@xobrooklynne

LINK IN MY BIO TO PRESAVE MY DEBUT SINGLE!!! 💕

♬ PRESAVE MY DEBUT SINGLE LINK IN BIO - Brooklynne !

C’est la productrice de la chanson, Jillian Rossi, qui a décrété que la chanson était sûrement “la plus détestée d’Internet” en postant une vidéo.

Un album tout aussi humoristique

Dans la foulée de son premier single, Brooklynne Webb a dévoilé un album éponyme le 17 décembre. Il se compose uniquement de reprises de My Crown remixées de manière humoristique comme avec ce son issu de Jurassic Park ou Mi Corona, qui est une reprise en espagnol.

Dans sa vidéo Youtube Comment troller m’a donné une carrière musicale, elle explique que ce projet a commencé en avril 2021. “La haine est ce que je voulais obtenir de cette chanson parce qu’à peu près tout le monde me détestait avant cela”, explique-t-elle.

Dans un entretien avec Insider, elle précise qu’elle voulait “partager ce message et montrer que même envers une chanson pop et mielleuse d’apparence innocente, il y a une normalisation du cyberharcèlement”.

À voir également sur Le HuffPost: Tim Dup, le chanteur français passionné par la question du temps qui passe

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles