TikTok: une influenceuse accusée d'incitation au suicide après la mort d'une fillette

·2 min de lecture

Une influenceuse italienne, suivie par 731 000 personnes sur le réseau social TikTok, a été accusée d'incitation au suicide après la mort d'une fillette qui participait au "jeu du foulard".

Une influenceuse sicilienne de 48 ans a été accusée d'incitation au suicide après la mort d'une fillette qui participait au "jeu du foulard" sur le réseau social TikTok, a annoncé jeudi la police dans un communiqué.

"Les enquêteurs de la police postale (...) ont trouvé sur le réseau social TikTok un lien conduisant au profil de l'influenceuse sicilienne dans lequel on voit une vidéo reproduisant un +défi+ entre la femme et un homme dans lequel les deux se couvraient totalement le visage, y compris la bouche et le nez, avec du scotch transparent, de manière à ne pas pouvoir respirer", explique le communiqué. "Cette vidéo, extrêmement dangereuse car pouvant être vue par tous les utilisateurs, sans aucune restriction, et servir d'émulation pour les mineurs (...) a été éliminée de la plateforme TikTok", selon la même source.

L'influenceuce sicilienne "avait publié de nombreux autres +vidéo-défis+ du même genre lui permettant d'obtenir la popularité et l'attention de 731.000 followers". Sa popularité était telle qu'un utilisateur lui avait écrit: "Salut... si tu me dis bonjour, je jure que je me lance par la fenêtre". Ses comptes sur les réseaux sociaux ont été bloqués et elle a fait l'objet d'une perquisition informatique, selon la même source.

Grande émotion en Italie

La semaine dernière à Palerme (Sicile, sud), une fillette de 10 ans est morte asphyxiée alors qu'elle participait à un défi au "jeu du foulard" en se filmant avec son téléphone portable sur TikTok. Le "jeu du foulard", dans lequel on bloque sa respiration jusqu'à l'évanouissement pour connaître des sensations fortes, provoque chaque année des accidents, dont certains mortels.

Cette affaire a provoqué une grande émotion en Italie et l'Autorité pour la(...)


Lire la suite sur Paris Match