Tigré: Biden envoie un émissaire en Éthiopie pour exprimer les inquiétudes américaines

·1 min de lecture

Le président américain Joe Biden a envoyé un émissaire en Éthiopie pour rencontrer le Premier ministre Abiy Ahmed. Malgré les dénégations éthiopiennes, les États-Unis ne relâchent pas la pression et se montrent très offensifs envers Addis-Abeba en raison des crimes commis au Tigré.

Depuis quelques semaines, Washington multiplie les initiatives et les déclarations visant à faire fléchir l'Éthiopie. Et cette fois, c'est le sénateur démocrate Chris Coons, un très proche du nouveau président américain Joe Biden, qui s'est envolé jeudi pour Addis-Abeba.

La Maison blanche a fait savoir qu'il y exprimerait « ses graves préoccupations concernant la crise humanitaire et les violations des droits de l’homme dans la région du Tigré et le risque d’une plus grande instabilité dans la Corne de l’Afrique ». Chris Coons doit également « consulter » l'Union africaine, dit encore Washington, pour « promouvoir les intérêts communs de la région pour la paix et la prospérité ».

L'Éthiopie, qui a jusque-là refusé toute médiation et condamné les « ingérences » étrangères, n'a encore fait aucun commentaire. Une seule concession a été faite à la pression diplomatique : mercredi, le Haut-Commissariat des droits de l'homme de l'ONU a accepté la proposition de la Commission nationale des droits de l'homme éthiopienne de mettre un place un mécanisme d'enquête conjoint sur les crimes commis depuis le déclenchement de la guerre dans le Tigré, en novembre.