Tiger Woods : son accident dû à une vitesse "dangereuse"

·2 min de lecture

"La cause principale pour cet accident était la conduite à une vitesse dangereuse au vu des conditions de la voie routière et l'incapacité à négocier le virage de la route", a affirmé le shérif Alex Villanueva lors d'une conférence de presse. 

Tiger Woods conduisait à une vitesse "dangereuse" de 140 km/h, près du double de la limite autorisée, lors de son accident de voiture en Californie en février, a annoncé le shérif du comté de Los Angeles mercredi. Le véhicule de la star du golf était sorti de route avant d'effectuer plusieurs tonneaux à Ranchos Palos Verdes, près de Los Angeles, et Tiger Woods, 45 ans, avait eu la jambe droite brisée.

"La cause principale pour cet accident était la conduite à une vitesse dangereuse au vu des conditions de la voie routière et l'incapacité à négocier le virage de la route", a affirmé le shérif Alex Villanueva lors d'une conférence de presse. "Les vitesses estimées au niveau de la première zone d'impact allaient de 84 à 87 miles par heure", soit 135 à 140 km/h, a-t-il précisé. Il n'existe "aucun signe d'altération" de ses capacités au moment de l'accident, ou de preuves d'une "conduite inattentive", et Tiger Woods a volontairement permis que les résultats de l'enquête soient rendus publics, ont souligné des responsables de la police.

À voir : Les photos de l'accident de Tiger Woods

"

Absence de preuve de toute altération (des capacités) ou d'ivresse

"

Le golfeur aurait potentiellement appuyé sur la pédale d'accélération en tentant au contraire d'activer les freins, au moment de la perte de contrôle du véhicule, a suggéré le capitaine de police James Powers, bien que Tiger Woods lui-même n'ait aucun souvenir de l'accident. Les enquêteurs n'ont pas vérifié le téléphone de Tiger Woods ou analysé ses prélèvements sanguins, en raison de "l'absence de preuve de toute altération (des capacités) ou d'ivresse", a-t-il ajouté.

Evacué vers le centre de traumatologie Harbor-UCLA, Woods avait été longuement opéré, notamment pour de(...)


Lire la suite sur Paris Match