"Mon ticket pour l'aventure" : Alessandra Sublet évoque son idylle avec un joueur de tennis

·1 min de lecture

C'est bien dans ses baskets qu'Alessandra Sublet ouvre une nouvelle page de son histoire. Mère célibataire heureuse, elle s'est installée dans le sud de la France pour débuter une nouvelle vie. Une décision qui n'a d'ailleurs pas plu à son entourage qui l'accusait d'abandonner ses enfants. En paix avec elle-même, Alessandra Sublet dit être aujourd'hui une femme heureuse. Mais avant d'en arriver là, l'animatrice a eu du chemin à faire. C'est d'ailleurs ce qu'elle raconte à Télé 7 Jours, ce dimanche 23 mai, en évoquant son livre autobiographique J'emmerde Cendrillon !, qui sort le 27 mai en librairie. Dedans, elle ne cache rien, pas même son idylle avec un joueur de tennis.

Si pour Alessandra Sublet, "l'homme parfait ou la femme parfaite n'existe pas", elle raconte l'histoire idyllique qu'elle a vécue aux côtés d'un joueur de tennis. Du jour au lendemain, le sportif emmène l'animatrice en Afrique du Sud pour un voyage hors du commun. Mais voilà, Alessandra Sublet a les esprits clairs. "Je n'en tombe pas amoureuse [...] en rien il n'est mon prince charmant, mais en tout cas, il est mon ticket pour l'aventure. Il y a des opportunités qui passent, dans la vie, mais la plupart des gens ne les attrapent pas au vol", explique-t-elle.

Après deux divorces et sa récente séparation de Jordan Deguen, Alessandra Sublet dit ne plus avoir "d'attentes" en l'amour. Toutefois, elle explique à Télé 7 jours avoir "trouvé un chemin" vers elle : "Il faut accepter aussi d'avoir des moments doux, et d'autres, (...)

Lire la suite sur le site de GALA

PHOTOS - Alexandra de Hanovre et Beatrice Borromeo : vent glamour au Grand Prix de Monaco
Louane revient sur son enfance pas comme les autres : "Petite, c'était assez difficile"
"Aimable petite conne" : les mots "doux" de Serge Gainsbourg dévoilés par Jane Birkin
"Majoritairement Français" : Manuel Valls abandonne la politique espagnole pour la France
VIDÉO - Françoise Fabian pousse un coup de gueule : "Je trouve ça d'une grande vulgarité"