Tibo InShape provoque le malaise avec sa vidéo sur les thanatopracteurs

Maxime Birken
La vidéo de Tibo InShape sur les thanatopracteurs.

YOUTUBE - Nouvelle polémique autour du très musclé youtubeur toulousain. La dernière vidéo postée par TiboInShape sur Youtube mercredi 20 mars provoque de vives réactions parmi les internautes et ses propres abonnés. Au cœur du sujet: le métier de thanatopracteur.

Sur sa chaîne, le youtubeur qui compte près de six millions d'abonnés n'hésite plus à sortir de sa zone de confort et traite de nombreux sujets n'ayant rien à voir avec sa passion première: la musculation. Ces derniers mois, ses abonnés l'ont donc suivi pour visiter le camp de concentration d'Auschwitz-Birkenau, s'immerger dans un internat, interviewer des gilets jaunes ou encore "infiltrer la gendarmerie criminelle".

Cette fois, c'est aux côtés d'un thanatopracteur que Tibo se met en scène. Une vidéo avec un but simple: "découvrir le métier, un métier atypique, très peu connu du grand public et sur lequel on a beaucoup de préjugés", comme il l'explique dans l'introduction de sa vidéo.

Mais rapidement après la diffusion, plusieurs internautes se montrent choqués voire consternés de constater que Tibo InShape montre aussi explicitement le corps d'une personne décédée.

La miniature de la vidéo pose également problème. Sur cette photo: Tibo InShape et Thomas, le thanatopracteur, mais aussi une personne décédée (dont seul le visage est flouté). Un internaute passablement énervé a partagé sur Twitter la justification étrange donnée par Tibo à un abonné pour expliquer la présence d'un défunt sur une miniature Youtube: "cette personne n'a plus de famille, juste un frère de 80 ans."

Si la réponse de Tibo InShape a beaucoup fait réagir les plus réfractaires au style du youtubeur fitness, certains n'ont pas hésité à le comparer au youtubeur américain Logan Paul. Pour rappel, en janvier 2018, Logan Paul avait posté un "vlog" sur sa chaîne où il filmait le cadavre d'un jeune homme s'étant pendu peu de temps avant...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post