"Thomas va retrouver la microgravité : c’est un super-pouvoir de profiter d’une troisième dimension"

·2 min de lecture

Claudie Haigneré, ancienne astronaute et ministre française, était à la Cité de l'espace à Toulouse ce 23 avril pour assister en direct au lancement de la mission Alpha de Thomas Pesquet. Elle nous parle de ce qui attends l'astronaute français dans la station et au-delà.

Sciences et Avenir : Comment avez-vous vécu les moments qui ont précédé le lancement de Crew Dragon avec Thomas Pesquet, vous qui avez également réalisé deux missions spatiales ?

Claudie Haigneré : En regardant ces images, cela remue évidemment des souvenirs. Mais surtout, je remarque toutes les différences, avec ces nouvelles combinaisons, ces nouveaux équipements dans la capsule Crew Dragon. Je revis ces moments qui précèdent le vol et je les compare avec ce que j’ai vécu. On a le stress de ce moment de vol dynamique qu’est le lancement. C’est aussi le moment où l’on sait que l’on quitte l’environnement terrestre pour une mission de six mois. Mais dans les derniers moments, une fois installé dans la capsule, ce stress est remplacé par la concentration sur toutes les tâches à réaliser. Tout s’enchaîne jusqu’à la mise à feu.

Vous seriez-vous imaginé voler à sa place dans cette nouvelle capsule ?

J’aurais aimé être à sa place. Comme j’aurais aimé aller sur la Lune… Mais je suis d’une autre génération d’astronautes, celle qui a vécu la transformation entre le temps des pionniers et d’un bilatérisme dur et celui de l’internationalisation du vol habité. Lors de mes deux vols, je faisais un peu de la science "en camping". Aujourd’hui, nous sommes dans une science en pleine maturité, une science d’excellence. Et on ouvre désormais un hublot sur la Lune et Mars. Je suis de la génération Apollo : j’avais 12 ans lors des premiers pas sur la Lune. Le paysage spatial du 21e siècle est très différent. Certes, la capsule russe Soyouz est toujours en activité, mais elle a bien changé passant de l’analogique au digital. Il y a maintenant de nouveaux acteurs, tel SpaceX et la Crew Dragon, et dans quelques mois le vaisseau CST-100 starliner de Boeing.

Comment va se passer l’arrivée de Thomas Pesquet dans la Station spatiale internationale?

Il va retrouver l’astronaute russe Oleg Novitski, avec qui il a déjà passé six mois pour sa première mission. Il va aussi retrouver la micrograv[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi