Thomas Pesquet raconte son quotidien dans l’espace

·2 min de lecture

Le Français de 43 ans a donné sa première conférence de presse depuis qu'il est arrivé dans la Station spatiale internationale le 24 avril dernier.

L'astronaute français Thomas Pesquet a «retrouvé ses habitudes» dans la Station spatiale internationale (ISS), où il est arrivé samedi, et qui est un peu sa «deuxième maison», a-t-il déclaré vendredi dans une conférence de presse. Flottant en apesanteur, et tout en jouant avec une mappemonde gonflable, l'astronaute s'est prêté à 20 minutes de questions-réponses, depuis un module encombré de câbles et de fils de l’ISS, où il a déjà passé plus de six mois en 2016-2017. «C'est un peu ma deuxième maison, j’ai retrouvé des amis, j’ai retrouvé mes habitudes. Et on a déjà commencé à travailler. J’ai déjà passé quasiment toutes mes journées depuis lundi sur une expérience scientifique de l’ESA (agence spatiale européenne, ndlr). On n’a pas perdu de temps. On est déjà parti à cent à l’heure», a dit Thomas Pesquet.

Le Français de 43 ans a aussi évoqué les petits soucis du quotidien qu’il a déjà rencontrés. «Il y a beaucoup de monde, on est 11. Ce n'est pas le record à bord de la Station et ça se passe plutôt bien ! Nos prédécesseurs ont vraiment été des hôtes parfaits. On a que 6 couchettes pour 11 membres d'équipage, ça veut dire qu'il y en a 5 qui campent», a-t-il confié avant de poursuivre : «On essaie de faire attention, on est entraînés à la promiscuité mais il faut leur laisser leur espace. La chose la plus difficile c'est qu'on a un système de toilettes côté russe et un toilette côté américain donc ça fait que deux pour onze personnes». Le séjour dans l'espace, c'est aussi «beaucoup de petits moments», a-t-il dit, avec en fond sonore la célébration par le reste de l'équipage de l'anniversaire de l'Américain Victor Glover, à l'heure du petit déjeuner. «On a installé des petits ballons avant qu'il se lève»,(...)


Lire la suite sur Paris Match