Thomas Pesquet a photographié un rare « événement lumineux transitoire » dans l'atmosphère

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Vous l’avez peut-être vu passer, ce tweet de Thomas Pesquet, posté dans la soirée de jeudi dernier. Il montrait une étrange lueur bleue juste au-dessus de l’Europe.

« Un événement lumineux transitoire », nous apprenait l’astronaute français. Un phénomène, les chercheurs l’ont désormais compris, ce qui se produit lorsque des éclairs font leur apparition dans la haute atmosphère terrestre.

« Photo extraite d’une série réalisée lors d’un timelapse au-dessus de l’Europe. Coup de chance, elle montre un éclair et des sprites dans la haute atmosphère ! Ces phénomènes lumineux sont rares et très courts, ce qui les rend difficiles à photographier et à étudier. La Station spatiale internationale est équipée d’un instrument dédié à leur observation. Il est situé à l’extérieur du module Columbus (c’est mieux pour observer l’atmosphère). L’ISS est particulièrement adaptée pour ces observations car elle survole plusieurs fois par jour l’équateur où on trouve le plus d’orages. Un truc fascinant à propos de ces éclairs, c’est qu’ils sont restés à l’état de légende pendant des décennies, racontées par des pilotes, et les scientifiques n’étaient pas convaincus de leur existence. On sait maintenant que les sprites, les elfes et autres jets bleus ou géants existent réellement et qu’ils pourraient avoir une influence sur le climat.» Photo prise le 9 septembre 2021. On reconnaît au premier plan, la botte de l'Italie et son maillage urbain. © ESA, Nasa, T. Pesquet
« Photo extraite d’une série réalisée lors d’un timelapse au-dessus de l’Europe. Coup de chance, elle montre un éclair et des sprites dans la haute atmosphère ! Ces phénomènes lumineux sont rares et très courts, ce qui les rend difficiles à photographier et à étudier. La Station spatiale internationale est équipée d’un instrument dédié à leur observation. Il est situé à l’extérieur du module Columbus (c’est mieux pour observer l’atmosphère). L’ISS est particulièrement adaptée pour ces observations car elle survole plusieurs fois par jour l’équateur où on trouve le plus d’orages. Un truc fascinant à propos de ces éclairs, c’est qu’ils sont restés à l’état de légende pendant des décennies, racontées par des pilotes, et les scientifiques n’étaient pas convaincus de leur existence. On sait maintenant que les sprites, les elfes et autres jets bleus ou géants existent réellement et qu’ils pourraient avoir une influence sur le climat.» Photo prise le 9 septembre 2021. On reconnaît au premier plan, la botte de l'Italie et son maillage urbain. © ESA, Nasa, T. Pesquet

Aujourd’hui encore, les scientifiques aiment parler de sylphes ou d’elfes lorsqu’ils évoquent ces phénomènes brefs et rares. Jusqu’à il y a relativement peu de temps, seuls quelques pilotes d’avion en avaient été les témoins. Et les chercheurs se demandaient même s’ils n’étaient pas simplement le fait d’hallucinations ou d’effets d’optique.

Mais aujourd’hui, l’observatoire européen de surveillance des interactions atmosphère-espace (Asim), embarqué à bord de la Station spatiale internationale (ISS), permet de garder un œil sur...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles