Thomas Laqueur, la présence des disparus

Libération.fr

Mêlant anthropologie et histoire, l’Américain porte un regard inédit sur notre rapport culturel aux défunts.

Cette somme passionnante, source pour le lecteur d’un enthousiasme intellectuel rare, débute par une série de dénégations. L’historien américain et professeur à Berkeley Thomas Laqueur, né en 1945, égrène d’emblée les impossibilités, sans mégoter sur l’usage de la première personne. En résumé : faire une histoire du sentiment intérieur vis-à-vis de la mort ? Tel était mon projet initial, mais je n’y parviens pas car il semblerait que le chagrin éprouvé ne varie pas d’une époque à l’autre ; de plus, la tristesse des parents à la mort d’un enfant ne se mesure pas avec fiabilité. Ecrire l’histoire du langage corporel de la mélancolie ? Désolé. Une fois encore je renonce, car ce langage reste «remarquablement stable»

Anonymat. Mais ce fils de médecin légiste, qui a tellement entendu parler d’autopsies dans son enfance, dont laFabrique du sexe (Gallimard, 1992) est un classique de l’étude des genres, tient dur comme fer à travailler sur la mort. Heureusement il trouve un chemin : l’étude du travail des morts, de la manière dont les corps morts nous travaillent, nous remuent, nous occupent. Comprendre de quelle façon les cadavres structurent l’espace social ; chercher des vérités intemporelles à la question de savoir pourquoi nous prenons soin d’un corps inanimé même si nous ne croyons pas en la vie après la mort ; se demander pourquoi nous nommons les morts et pourquoi leur anonymat nous est insupportable, pourquoi la crémation, pratiquée depuis toujours sans provoquer de scandale, devient pendant la Révolution française un enjeu politique, puis une pratique inquiétante à la fin du XIXe siècle, tels sont les sujets de ce livre.

Thomas Laqueur choisit pour terrains d’étude l’Amérique du Nord, la France, l’Allemagne et la Grande-Bretagne. Il prend pour limites chronologiques une période qui part du point de bascule que représentent les Lumières et se termine vers (...)

Lire la suite sur Liberation.fr

Rencontre
Khaled Hosseini, monologue d’un père à la mer
Saisons de correction pour femme fautive
Libé week-end
Signature