Thomas Hugues : David contre Goliath

Il va falloir sortir le chéquier Nonce ! TF1 a été condamnée à verser plus de 500 000 euros de dommages et intérêts à Thomas Hugues.

Six ans que ça dure. Thomas Hugues va enfin pouvoir tirer un trait sur ses années TF1. En juin 2006, la première chaîne annonçait sa démission. Le journaliste, ex-joker de Patrick Poivre d’Arvor, rétorquait lui qu’il avait été viré. « Je pars contraint et forcé. Je ne démissionne pas, assurait-il alors à l’AFP. Je suis licencié de fait. La rupture de mon contrat est imputable à TF1. » La raison ? Son poste de directeur des magazines de la Une n’était qu’une « coquille vide ». Il n’avait pas été consulté lors du choix de sa co-présentatrice pour Sept à Huit, suite au départ de Laurence Ferrari pour Canal+.

D’abord débouté aux prud’hommes, Thomas Hugues gagnait en deuxième instance. Le 23 juin 2011, la Cour d’appel de Paris a condamné la Une à lui verser 575 000 euros de dommages et intérêts (dont près de 400 000 au seul titre des indemnités de licenciement), avait alors révélé le quotidien Le Monde. Les choses auraient pu s’arrêter là, mais TF1 s’est pourvue en cassation. Le 17 novembre, la plus haute instance française a confirmé la décision de la Cour d’appel. En ne le consultant pas pour le choix d’Anne-Sophie Lapix, « la chaîne avait ainsi porté atteinte aux attributions du salarié », précisent les magistrats d’après les attendus du jugement publiés par l’AFP. « En ne l’associant pas à la décision en question, la société TF1 a “vidé de sa réalité” les responsabilités de directeur des magazines et, partant, modifié son contrat », a précisé l’agence de presse. Nonce Paolini n’a plus qu’à aligner les zéros sur le carnet de chèques, pour lui verser en une fois à peu près la somme gagnée par Stéphanie de Monaco en 25 ans de procès contre Voici.

Retrouvez cet article sur voici.fr


Tout commentaire contraire à la réglementation en vigueur (et notamment tout commentaire à caractère raciste, antisémite ou diffamatoire) pourra donner lieu à la suppression de votre compte Yahoo
Le cas échéant, certains commentaires que vous postez pourront également donner lieu à des poursuites judiciaires à votre encontre.