Mais que peut bien manger Thomas Pesquet dans l'espace ?

Par Mégane Chiecchi
·1 min de lecture
Le chef étoilé Thierry Marx et l'astronaute français Thomas Pesquet dans les cuisines du Mandarin Oriental à Paris.
Le chef étoilé Thierry Marx et l'astronaute français Thomas Pesquet dans les cuisines du Mandarin Oriental à Paris.

« On doit protéger la santé des marins et des équipages, mais aussi leur moral parce que les mutineries peuvent naître d'une mauvaise nourriture à bord », nous rappelle Nicolas Appert, dès le XIXe siècle. C'est dans cet esprit que Thierry Marx a accepté, pour la seconde fois, de concocter des petits plats pour Thomas Pesquet, parti pour une mission sur l'ISS : « J'ai beaucoup travaillé avec des personnes confinées, notamment en prison : l'heure du repas, dans la planification de la journée, est un rituel important. De la même manière, les astronautes ont besoin de retrouver un semblant de rythme terrestre. » Là-haut, l'astronaute aura tout le loisir d'apprécier le savoir-faire français, entre la prouesse gustative et l'emballage breton ultrarésistant Hénaff.

« Je n'en servirais pas dans mon restaurant ! Sauf pour le côté commercial : puisque le produit intrigue, ça peut marcher. » Thierry Marx préfère mettre en garde : les plats qu'il a concoctés pour Thomas Pesquet ne sont pas forcément au goût des Terriens. Pour des raisons d'hygiène, les plats sont sur-cuits. Et puis une fois dans l'espace, l'astronaute subit un phénomène « d'agueusie », c'est-à-dire qu'il perd le goût. Concrètement, c'est comme s'il avait le nez bouché, les recettes sont donc adaptées pour être appréciées là-haut. Mais pas tous les jours : il s'agit bien d'un repas de fête que l'équipage ne pourra déguster qu'à certaines occasions.

À LIRE AUSSIMusculation, homard? Le quotidien de Thomas [...] Lire la suite