Thierry Breton chargé d'améliorer la production de vaccins dans l'UE

·2 min de lecture
THIERRY BRETON CHARGÉ D'AMÉLIORER LA PRODUCTION DE VACCINS DANS L'UE

(Reuters) - Le commissaire européen à l'Industrie, Thierry Breton, a été chargé jeudi de diriger un nouveau groupe de travail sur la production de vaccins contre le COVID-19, après plusieurs semaines de critiques visant les autorités européennes sur les retards pris par les programmes de vaccination.

L'ancien ministre français de l'Economie, en liaison avec la commissaire en charge de la santé, Stella Kyriakides, devra notamment identifier et supprimer les goulets d'étranglement dans les chaînes de production et les adapter aux nouveaux variants du coronavirus.

Plusieurs Etats membres de l'Union ont vivement critiqué la Commission européenne pour sa gestion de la campagne européenne en matière de vaccination, très en retard sur celle de la Grande-Bretagne notamment.

Ces critiques ont redoublé après l'annonce par le groupe AstraZeneca d'une baisse susceptible d'atteindre 60% des livraisons de son vaccin à l'UE jusqu'en mars.

Si la France a publiquement défendu la décision de confier à la Commission la négociation des contrats d'achats de vaccins, "la lenteur et le manque d'imagination" des institutions européennes ont "rendu dingue" le président Emmanuel Macron, a-t-on appris de source diplomatique.

Thierry Breton, proche d'Emmanuel Macron, a participé cette semaine à deux réunions au plus haut niveau consacrées aux vaccins, l'une présidée par la chancelière allemande, Angela Merkel, lundi et l'autre par Emmanuel Macron mardi.

"Je ne veux pas trop blâmer des entreprises. Il s'agit d'un processus assez complexe", a dit le commissaire à un petit groupe de journalistes. "Mais ce que je leur ai dit, c'est que j'ai besoin d'être informé immédiatement (de tout problème de production). J'ai besoin de transparence."

Il a précisé que la coopération entre laboratoires pour produire des vaccins développés par des concurrents se ferait sur la base du volontariat et qu'il n'était pas prévu de forcer des entreprises à partager des licences avec leurs rivaux pour permettre une augmentation de la production.

(Michel Rose, version française Marc Angrand, édité par Jean-Michel Bélot)