Thibaut Pinot en larmes après sa 2e place sur le Tour des Alpes

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Ce jeudi 21 avril sur le Tour des Alpes, le Français Thibaut Pinot est passé tout près de sa première victoire depuis plus de mille jours. Un déchirement. (Photo: Tim de Waele / Getty Images)
Ce jeudi 21 avril sur le Tour des Alpes, le Français Thibaut Pinot est passé tout près de sa première victoire depuis plus de mille jours. Un déchirement. (Photo: Tim de Waele / Getty Images)

Ce jeudi 21 avril sur le Tour des Alpes, le Français Thibaut Pinot est passé tout près de sa première victoire depuis plus de mille jours. Un déchirement. (Photo: Tim de Waele / Getty Images)

CYCLISME - ”Ça m’aurait fait du bien de gagner aujourd’hui et de tourner cette page de merde...” Ce jeudi 21 avril, Thibaut Pinot était particulièrement touché à l’arrivée de la 4e étape du Tour des Alpes, qui reliait Villabassa, en Italie, et Kals am Grossglockner, en Autriche.

Et pour cause: le cycliste de l’équipe Groupama-FDJ venait de terminer en deuxième position, après avoir été rattrapé dans le dernier kilomètre de l’épreuve du jour par le Colombien Miguel Ángel López. Et de donc voir la victoire lui échapper, lui qui n’a plus gagné depuis la 14e étape du Tour de France 2019, quelques jours avant qu’une blessure ne le prive d’un possible sacre sur les Champs-Élysées et ne vienne empoisonner la suite de sa carrière.

″Ça fait chier... Parce que ça m’aurait fait du bien...”, a-t-il lâché, ému, à la presse venue recueillir sa réaction, quelques instants après qu’il a franchi la ligne ce jeudi.

Avant de confirmer qu’au-delà de cette victoire, qui aurait été relativement anecdotique au milieu de son palmarès déjà fourni, c’est surtout le symbole qu’elle aurait représenté qui lui aurait fait du bien. “Dans les dix derniers kilomètres, je pensais à ces deux dernières années que j’ai passées...”

D’autant qu’avec une forme normale, il se serait imposé. “Là je suis loin d’être à mon niveau... À mon niveau, normalement, personne ne me rattrape.” Reste donc à prendre son mal en patience, pour vaincre enfin ces plus de mille jours sans lever les bras sur une course de vélo: “J’aimerais bien que ça puisse sourire, mais bon, je vais être patient.”

À voir également sur le HuffPost: L’abandon de Thibaut Pinot sur le Tour de France désespère les spectateurs

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI:

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles