THEATRE. Memoriam : voyage onirique dans les méandres de la mémoire

Marion Triverio

L'amnésie post-traumatique, qu'est-ce que c'est ? La pierre angulaire d'une pièce sensationnelle, dans tous les sens du terme. Le spectacle est à découvrir au Théâtre Libre, à Paris, les 23, 24, 25 et 30 septembre ainsi que les 1er et le 2 octobre 2022.

Elisa est dans le coma, suite à un épisode traumatique dont elle ne se souvient pas. Elle se retrouve prise au piège dans son propre subconscient. Memoriam retrace la quête bouleversante de ce souvenir qu'Elisa doit affronter pour pouvoir reprendre son destin en main. On alterne ainsi entre le présent, l'aventure d'un trio bien ficelé, et les souvenirs d'Elisa, muets, qui s'expriment par la musique et la danse. Une superbe association entre des textes, chorégraphies et musiques originales qui se complètent pour créer une ambiance émouvante et inquiétante. Elisa, interprétée par Fiona Pincé, tente tant bien que mal de résoudre plusieurs mystères : comment est-elle arrivée là ? Pourquoi sa sœur Emma, jouée par Camille Pouget, est-elle aussi présente ? Comment sortir de cet état ? Du scénario unique à la musique, en passant par la chorégraphie saisissante et la performance des comédiens, Memoriam, seconde pièce de la compagnie Lontra, est une vraie réussite.

Hippocampe, synapses, amygdale... Tout y est !

"Je voulais mettre en évidence les mécanismes de l'amnésie post-traumatique," explique Manon Bianchi, autrice et metteuse en scène de Memoriam. Tout le long du spectacle, on se retrouve immergé dans les méandres du cerveau d'Elisa. Hippocampe, synapses, amygdale... Tout y est ! Pour rester fidèle aux sciences, l'autrice a fait appel à Aline Desmet, neuroscientifique spécialiste des mémoires traumatiques à l’Inserm. Leurs échanges donnent lieu à des discussions passionnantes pour représenter au mieux sur scène la complexité des structures cérébrales.

L'auteure et metteuse en scène se lance un défi : "Et si on les personnifiait ?" L'hippocampe prend alors vie, sous les traits de Benoît Charron. Une construction laborieuse pour aboutir à un personnage tout à fait singulier : Togh. Il a fallu se demander quelles seraient la personnalité, la posture, les manières de l'hippocampe. "C'est une structure dure, qui gère et qui trie : son personnage devait être complètement psych[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi