The Voice : ce tacle de Pascal Obispo à Mylène Farmer passé (presque) inaperçu qui agace les fans de la chanteuse

Samedi, The Voice était de retour pour sa demi-finale après une grosse coupure imposée par la crise sanitaire et le confinement. Les douze talents en course se sont donc disputés les quatre places de finalistes dans une version inédite et repensée du télé-crochet : des prestations enregistrées, pas de public... et seulement trois coachs en plateau, Lara Fabian étant bloquée au Québec ! S'il est une prestation qui a fait l'unanimité, c'est bien celle de Toni. Malgré son élimination, sa réinterprétation de Désenchantée a bouleversé Amel Bent. Pour sa coach, le tube de 1991 de Mylène Farmer résonne tristement face à l'actualité du moment. Des paroles de "chaos" et de "maux" qui font écho à la crise sanitaire, l'urgence écologique ou encore plus récemment aux violences policières. "Il y a un vrai engagement (...) On n'est plus sur de l'artistique, on est sur 'Comment on a envie de changer les choses (...) Comment on a envie de changer le monde' (...) Elle a résonné comme si elle devait sortir maintenant... On le connaît le contexte actuel" a estimé Amel Bent. Un avis partagé par Pascal Obispo.

Des tacles répétés ?

Et de s'en expliquer : "C'est très agréable d'entendre... comment dire ? De peut être presque mieux comprendre la chanson. On l'entend mieux." Des propos plutôt élogieux envers le titre de Mylène Farmer avant une sortie plus nuancée qui a agacé plusieurs fans de le star : "En plus elle est chantée... réellement ! Avec une voix puissante, c'est une version totalement différente

Retrouvez cet article sur Télé-Loisirs

Nathanya (La villa des coeurs brisés) en froid avec Shanna ? Elle dévoile tout !
Exclu. Koh-Lanta : Inès victime d'un malaise pendant l'aventure... Elle dévoile cet instant pas vu à la télé
Jean-Luc Lahaye plombé par les impôts ? "Plusieurs millions d'euros..." (VIDEO)
L'exode (France 3) : un document choc à ne surtout pas manquer ce soir
De l'autre côté du périph' (W9) : cette scène dans une boîte libertine qui a intimidé Omar Sy