The Voice 2021 : victime de haine sur les réseaux sociaux, Marie prend la parole et dénonce

·1 min de lecture

La candidate de Florent Pagny, Marie Pichoustre, s'est illustrée depuis le début de l'émission The Voice par son talent, bien sûr, mais également par les énormes crises de stress et d'angoisse qui l'assaillent au moment de monter sur scène. Déjà lors des auditions à l'aveugle, la candidate de la dixième saison avait failli faire marche-arrière dès le premier pied posé dans la lumière. Marie a de nouveau vécu un moment tendu lors des KO ce samedi 24 avril. Alors qu'elle a parfaitement interprété le titre Heart of glass de Blondie après avoir vaincu sa peur, les internautes ont été très surpris par les mimiques de la chanteuse, alors qu’elle était très soulagée d’avoir réussi. « Mais Marie c'est quoi cette tête à la fin ? », a-t-on pu lire sur Twitter. « Marie... dommage je retiens plus son cinoche exaspérant que sa qualité de voix... », a aussi tweeté un autre internaute. Il semblerait que ce déferlement de commentaires peu sympathiques se soit accentué depuis son passage samedi dernier. Aussi Marie Pichoustre a décidé de prendre la parole en story, sur son compte Instagram ce lundi 26 avril.

"Ce déferlement de haine est tellement représentatif de notre société en France. La différence n'est pas toujours la bienvenue. Je peux vous dire que cela fait vingt ans que je travaille très dur, qu'une crise d'angoisse comme celle des auditions à l'aveugle ne définira pas ma carrière. Ni ma personne", a-t-elle expliqué après avoir partagé les nombreuses critiques qu'elle reçoit chaque jour (...)

Lire la suite sur le site de Voici

PHOTO Vanessa Paradis : rare cliché de son fils Jack, portrait craché de Johnny Depp
Sheila agressée chez elle par "3 mecs avec des barres de fer", la chanteuse raconte son traumatisme
Christian Quesada : après son changement de look, il prend une autre décision radicale
PHOTO Deva Cassel : la fille de Vincent Cassel et Monica Bellucci subjugue les internautes
Kate Middleton et William : cette règle imposée à la nounou de leurs enfants George, Charlotte et Louis