Dans "The Questions", le chanteur Kurt Elling s'interroge sur l'état du monde

Annie Yanbékian
Le chanteur de jazz américain Kurt Elling a sorti un nouvel album, "The Questions", dont le répertoire est né des questionnements de cet artiste accablé par la présidence Trump. Au menu, des chansons inédites et des relectures de Bob Dylan, Paul Simon, Carla Bley ou Peter Gabriel. Star incontournable du jazz vocal, il achève mardi à la Seine Musicale une série de dates dans l'Hexagone. Rencontre.

Trois ans après sa contribution remarquée sur l'excellent album du saxophoniste Branford Marsalis "Upward Spiral", un an et demi après son original recueil musical de Noël, Kurt Elling revient avec un nouvel opus, "The Questions" (Okeh/Sony). Sorti le 23 mars, cet album est l'émanation du ressenti d'un citoyen américain consterné par l'élection à la Maison blanche de Donald Trump - ainsi que l'ensemble de son oeuvre en cours - et désorienté par le contexte géopolitique et social anxiogène de la planète.

Pour exprimer nombre de questions sur des thèmes politiques, globaux, mais aussi personnels, existentiels et spirituels, Kurt Elling, qui a fêté ses 50 ans en novembre, a construit un répertoire d'une grande richesse et profondeur. Côté reprises, il a puisé, comme il en a l'habitude, aussi bien dans le registre rock, pop et folk que dans le jazz et la comédie musicale.

Côté jazz, des reprises de Carla Bley et Jaco Pastorius

C'est ainsi qu'il s'est réapproprié des chansons de Bob Dylan ("A Hard Rain's a-Gonna Fall", qui ouvre l'album), Paul Simon ("American Tune"), Peter Gabriel ("Washing of the Water"), mais aussi, outre le standard "Skylark", des thèmes jazz signés Carla Bley et Jaco Pastorius. De la première, il transforme "Lawns" en sublime ballade, "Endless Lawns", enrichie de paroles qu'il a écrites et d'un poème de Sara Teasdale. Du second, il reprend l'envoûtant "A Secret in Three Views" agrémenté de mots du poète persan Rûmî. Le chanteur revisite aussi Leonard Bernstein ("Lonely Town", extrait de la comédie musicale "On the Town") et un extrait de "Le Roi et moi" ("I have dreamed") signé Richard Rodgers et Oscar Hammerstein II, tandem légendaire de Broadway. L'album "The Questions", une merveille, renferme enfin deux morceaux originaux, l'un composé par Stu Mindeman, le pianiste d'Elling, et l'autre par Joey Calderazzo, celui de Branford Marsalis, et dont l'un est cosigné par Elling.

Côté guest-stars, le chanteur renvoie l'ascenseur (...)

Lire la suite sur Culturebox.fr

Kurt Elling, une voix d'or pour Noël
Branford Marsalis et Kurt Elling, tandem royal dans l'album "Upward Spiral"
La reine Elizabeth II d’Angleterre fête ses 92 ans avec Sting, Shaggy, Tom Jones
Kimberose : la nouvelle diva de la soul française envoûte le public et les pros
Allemagne : controverse autour d'un festival réunissant des néonazis