"The last of us", nouveau test pour un jeu vidéo adapté en fiction

Adapter un jeu vidéo en film ou série a toujours été un exercice difficile. "The last of us", thriller d'aventure post-apocalyptique qui débarque dimanche sur HBO Max aux Etats-Unis, veut faire mentir la tradition.

Avec des critiques élogieuses et une note de 97% sur l'agrégateur d'avis "Rotten Tomatoes", la série, diffusée à partir de lundi au Royaume-Uni (Sky, Now TV) et en France (Prime Video), est bien partie pour signer le premier succès de l'année sur les plateformes de streaming, dix ans après la sortie du jeu vidéo sur Playstation.

Adaptée par l'un de ses créateurs, Neil Druckmann, et Craig Mazin ("Chernobyl"), l'histoire est fidèle à l'original du studio Naughty Dog et suit le duo formé par Joel, trafiquant brisé par une tragédie, et Ellie, l'adolescente qu'il doit protéger, dernier espoir d'un monde quasiment détruit par un virus, où sévissent les zombies.

Les neuf épisodes se déroulent dans une Amérique post-apocalyptique, verrouillée par une dictature militaire. Joel et Ellie sont incarnés par Pedro Pascal, policier de choc de la série Narcos, qui a aussi joué dans Game of Thrones et The Mandalorian, et Bella Ramsey (Game of Thrones).

Pour HBO Max, qui vient d'annoncer une hausse de tarif aux Etats-Unis (de 14,99 à 15,99 dollars pour l'abonnement mensuel sans publicité), l'enjeu est de taille.

Dans un contexte où le spectateur ne sait plus où donner de la tête tant de nouvelles séries sortent chaque semaine, la plateforme "reste clairement la référence en matière de séries originales, mais sa maison mère, Warner Bros.

Discovery, est à la croisée des chemins en ce qui concerne les sommes qu'elle est prête à dépenser pour des projets", explique à l'AFP John Cassillo, analyste chez TV REV.

- Succès rares -

Si l'on ne compte plus les adaptations de jeux vidéo emblématiques, elles sont réputées ne pas connaître le même succès au cinéma ou sur le petit écran.

D'après la liste établie par le site "box office mojo", seulement cinq films du genre ont dépassé les 400 millions de dollars de recettes dans le monde, et le premier, Warcraft (2016, 439 millions de dollars), pointe à la 288e place au classement tous films confondus.

De Lara Croft Tomb Raider (2001) avec Angelina Jolie, à Sonic The Hedgehog en 2020 (et son 2e volet en 2022), en passant par la série des Resident Evil, et plus récemment la série animée Arcane sur Netflix, inspirée de League of Legends et récompensée aux Emmy Awards (2022), les succès sont plutôt rares.

"Ce qui rend un jeu vidéo divertissant ne rend pas forcément divertissant un film ou une série, et vice-versa", souligne aussi John Cassillo en relevant que la plupart des adaptations restent "coincées entre deux univers".

Cette fois, selon lui, "l'histoire post-apocalyptique s'inspire d'un genre populaire, même en dehors des jeux vidéos" et celle des "personnages est convaincante".

Dans une interview au New York Times, Neil Druckmann explique que "le plus important était de garder l'âme" du jeu, pas forcément des séquences entières. "Ce qui fait la série, ce sont les personnages, et leurs questions philosophiques telles que +la fin justifie-t-elle les moyens+ ou +de quelle taille est la tribu dont vous devez vous occuper+", ajoute-t-il.

De nombreux autres projets d'adaptations sont en tout cas attendus, dont un nouveau Super Mario, un troisième Sonic et un Gran Turismo au cinéma, ou une série animée Tomb Raider sur Netflix.

arb/nr/kar/roc