En Thaïlande, elle sauve les éléphants maltraités des centres pour touristes

France 2
·1 min de lecture

En Thaïlande, depuis une vingtaine d'années, Lek Chailert recueille dans son sanctuaire des éléphants autrefois en captivité, exploités et maltraités par l'être humain. Cette femelle et son éléphanteau âgé d'un mois sont les derniers arrivants sur les lieux. Lek les a sauvés d'un camp de balade à dos d'éléphant. A cause de la pandémie de Covid-19 et de la chute de ses revenus, leur propriétaire voulait les vendre à un cirque. Lek l'a supplié d'attendre, car elle ne voulait pas que le bébé soit soumis au "brisage".

Le brisage... ou l'entraînement par anéantissement. C'est la méthode utilisée pour transformer les éléphants en animaux dociles qui acceptent de transporter un humain sur leur dos. Elle consiste à arracher l'éléphanteau à sa mère... et à le torturer pour le rendre obéissant. Parfois, on le frappe si violemment que l'animal se vide de son sang. En Thaïlande, un éléphanteau meurt chaque mois à la suite de ces sévices.

Le dressage par "brisage" tue un éléphanteau chaque mois

Pour sauver ces deux éléphants, Lek a fait un appel aux dons sur les réseaux sociaux. Elle a récolté plus de 40 000 euros et a pu les racheter à leur propriétaire. Elle a conservé des photos datant du jour où elle les a trouvés, en piteux état, enchaînés "dans un enclos très sale". "La mère était si triste... c'était incroyable. Ses yeux étaient exorbités, déprimés", se souvient Lek. Ils semblent (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi