Thaïlande: le Premier ministre ne démissionne pas, la contestation s'intensifie

·1 min de lecture

En Thaïlande, après quelques jours de trêve, les grandes manifestations pour exiger le départ du gouvernement et une réforme de la monarchie ont repris ce dimanche 25 octobre.

Avec notre correspondante à Bangkok, Carol Isoux

Des milliers de manifestants se sont à nouveau rassemblés dans le centre-ville de la capitale thaïlandaise Bangkok dans le quartier des grands magasins, après l’expiration de l’ultimatum de trois jours donné au Premier ministre Prayut Chan-ocha pour démissionner.

Lamobilisationne semble pas faiblir pour l’instant et de plus en plus de militants plus âgés sont désormais aux côtés des étudiants. La plupart des dirigeants ont beau être en prison, le mouvement s’organise. « Tout le monde est un leader », est l’un des mots d’ordre de ces rassemblements où tous ceux qui le souhaitent peuvent se saisir d’un mégaphone pour s’exprimer.

► À lire aussi : Thaïlande: les manifestations pourraient «aboutir à un rééquilibrage en faveur de l’armée»

Si le roi n’a pas réagi officiellement aux revendications de réforme de la monarchie, il a remercié samedi 24 octobre publiquement un militant royaliste qui s’était opposé aux étudiants.

Les manifestants promettent désormais de passer à la vitesse supérieure dans la contestation et prévoient lundi un grand rassemblement devant l’ambassade d’Allemagne où le roi séjourne le plus souvent. Une session parlementaire extraordinaire se réunira pour discuter des moyens de réponse à la crise actuelle.

À lire aussi : Thaïlande: face à la contestation, le Premier ministre recule et lève l’état d’urgence