Thaïlande: nouvelle avancée importante vers la légalisation du mariage homosexuel

Un couple de femmes, membres de la communauté LGBTQIA+, en tenue de mariage lors d'une manifestation à Bangkok le 5 juin 2022 (Lillian SUWANRUMPHA)
Un couple de femmes, membres de la communauté LGBTQIA+, en tenue de mariage lors d'une manifestation à Bangkok le 5 juin 2022 (Lillian SUWANRUMPHA)

La Thaïlande a franchi une étape cruciale vers la légalisation du mariage homosexuel, une première en Asie du Sud-Est, après le feu vert donné mercredi par les députés à une large majorité.

Le vote marque une avancée importante, mais le texte doit encore passer devant le Sénat, avant sa promulgation définitive par le roi Maha Vajiralongkorn. La procédure pourrait prendre encore plusieurs semaines, voire des mois.

"La Thaïlande est enfin acceptée et reconnue comme un vrai paradis LGBT+", s'est félicitée auprès de l'AFP Chanya Rattanathada une militante de 27 ans qui a contribué aux travaux parlementaires.

A l'annonce du résultat, des applaudissements ont retenti dans l'hémicycle, où certains élus ont brandi le drapeau arc-en-ciel symbole de la communauté LGBT+, selon des images retransmises par la chaîne parlementaire.

Le royaume pourrait devenir le premier pays d'Asie du Sud-Est à reconnaître l'union entre deux personnes du même sexe, et le troisième en Asie après Taïwan et le Népal.

- "Gagnant-gagnant" -

La communauté LGBT+ est très visible dans le pays réputé pour ses valeurs de tolérance, mais des lois jugées conservatrices continuent d'alimenter les discriminations vis-à-vis des couples homosexuels ou des personnes transgenres.

Après des décennies de lutte par les militants, le projet de mariage pour tous suscite aujourd'hui une large adhésion des principaux mouvements politiques, aussi bien auprès du Premier ministre Srettha Thavisin que du principal parti d'opposition Move Forward, qui défend une refonte en profondeur des institutions.

La proposition adoptée par les députés vise à modifier les références aux "hommes", "femmes", "maris" et "épouses" dans la loi sur le mariage pour les remplacer par des termes non genrés.

La nouvelle législation doit aussi conférer aux couples homosexuels les mêmes droits qu'aux couples hétérosexuels en matière d'adoption ou d'héritage.

C'est du "gagnant-gagnant" pour tous les Thaïlandais, a assuré Danuphorn Punnakanta, porte-parole du parti du Premier ministre, Pheu Thai.

Ce n'est pas la première fois que la Thaïlande planche sur la question, mais l'instabilité qui caractérise la vie politique du royaume avait eu raison des précédentes tentatives.

- Soutien du Premier ministre -

En 2021, la Cour constitutionnelle a réaffirmé la validité de la loi reconnaissant le mariage uniquement entre un homme et une femme, tout en appelant les législateurs à prendre en compte les droits des personnes ne se conformant pas à ce cadre.

"C'est un énorme pas pour notre pays (...) J'espère que la dernière étape va se dérouler de manière fluide, et que la Thaïlande sera au même niveau que le reste du monde en matière de droits LGBT+", a déclaré auprès de l'AFP Mookdapa Yangyuenpradorn, porte-parole du groupe de défense des droits humains Fortify Rights.

Des milliers de personnes ont participé ces deux dernières années à la marche des fiertés de Bangkok, où la municipalité offre des certificats de mariage, sans valeur officielle, aux couples homosexuels qui le souhaitent à la Saint-Valentin.

Intronisé l'an dernier, le Premier ministre, Srettha Thavisin, a maintenu sa promesse de campagne de légaliser le mariage pour tous, malgré la présence de partis pro-armée conservateurs au sein de sa coalition décriée.

Il s'agit d'un "moment de fierté pour la société thaïlandaise, qui marche unie vers plus d'égalité sociale et le respect des différences", s'est réjoui le dirigeant sur X.

Si la Thaïlande s'apprête à autoriser l'union entre personne du même sexe, la loi n'accorde pas de reconnaissance aux personnes transgenres ou non-binaires qui veulent faire modifier leur genre sur leurs papiers d'identité.

tak-ah/ybl