Thaïlande: des manifestants appellent le roi au dialogue, la police utilise des canons à eau

·2 min de lecture

Le mouvement de contestation contre le gouvernement et pour une réforme de la monarchie se poursuit en Thaïlande. Selon la police, près de 7 000 personnes se sont rassemblées autour du grand palais à Bangkok dimanche 8 novembre, dans une ambiance assez tendue, marquée par l’utilisation de canons à eau par les autorités.

Alors que les autorités avaient prévenu qu’elles empêcheraient l’accès à l’ancien palais royal, à Bangkok, les manifestants, venus apporter une lettre de doléances au souverain Rama X, ont pris possession des deux bus qui en barraient l’accès. Jusqu’à ce que, vers 20h, heure locale, la police utilise les canons à eau.

Un haut gradé a eu beau ensuite venir expliquer qu’il s’agissait d’une erreur, le mal est fait : la colère est palpable chez les militants, rapporte notre correspondante à Bangkok, Carol Isoux.

« Nous sommes très en colère de la réaction du gouvernement et de la police, qui utilise la violence contre des manifestants pacifiques, s’indigne un manifestant. Nous voulions juste adresser une requête au roi, à travers d’une lettre ! Ce type de réaction, ce n’est bon ni pour le roi ni pour la monarchie, car nous sommes la voix du peuple : ils doivent apprendre à l’écouter, à écouter ce que le peuple veut, et ce dont il a besoin. »

Non loin de l'édifice, les contestataires ont déposé dans des poubelles reconverties en boîtes aux lettres artisanales des centaines de lettres de revendication. Le courrier adressé au souverain appelle à une réforme de l’institution monarchique et lui rappelle que son devoir consiste à écouter la voix de tous ses sujets.

À écouter aussi : Thaïlande: les ferments de la fronde

Les manifestants défilent depuis l'été pour réclamer la démission du chef du gouvernement et général Prayut Chan-O-Cha, porté au pouvoir par un coup d'État en 2014 et légitimé par des élections controversées l'année dernière. Ils demandent également l'abolition de la loi de lèse-majesté, un contrôle sur la fortune royale et la non-ingérence du souverain dans les affaires politiques.

Le roi s’exprime pour la première fois sur le mouvement

Fait rarissime, le souverain Maha Vajiralongkorn s'est exprimé la semaine dernière brièvement sur le sujet, répondant à la question d'un journaliste qui l'interrogeait sur une éventuelle réforme. « Nous aimons tout le monde de la même manière (...), la Thaïlande est une terre de compromis », a-t-il dit.

La situation de bras de fer, entre le gouvernement qui entend protéger l’aspect intouchable de la monarchie et les manifestants, apparaît sans issue. Des groupes d’ultra-royalistes prévoient de se réunir lundi 9 novembre devant le quartier général de l’armée pour appeler de leurs vœux un énième coup d’Etat, afin de « rétablir l’ordre public ».

► À lire aussi : Thaïlande: les manifestations pourraient «aboutir à un rééquilibrage en faveur de l’armée»