Thaïlande: un jeune couple arrêté, le débat autour de la prostitution et de la corruption relancé

·2 min de lecture

En Thaïlande, l’arrestation d’un jeune couple provoque l’indignation et renouvelle le débat autour de la prostitution, omniprésente et pourtant officiellement toujours illégale dans le pays. Qui est ce jeune couple arrêté, et que leur reproche-t-on exactement ?

De notre correspondante à Bangkok,

La jeune Nong Khai Nao, littéralement mademoiselle Œuf Pourri de son nom de scène, 19 ans, a été arrêtée avec son petit ami, 20 ans, pour avoir réalisé des vidéos pornographiques amateurs, mises en ligne sur une plateforme payante, Onlyfans, qui permet de publier des contenus explicites, en échange de 20% des recettes des abonnements.

Mais en Thaïlande, comme le rappelle le chef du département policier de la cybercriminalité, il est interdit de mettre en ligne des contenus pornographiques, considérés comme une forme de commerce sexuel, lui aussi rigoureusement interdit. Les deux jeunes risquent jusqu’à trois ans de prison et 1 500 euros d’amende pour « atteinte à la morale ».

Un large soutien au jeune couple

Beaucoup de Thaïlandais et notamment les internautes, n’ont pas hésité à manifester leur soutien au jeune couple. L’arrestation est considérée comme « hypocrite » « mesquine » « ridicule », sur les réseaux, mobilisés en masse sous la bannière « mademoiselle œuf pourri ». Soutien inattendu aussi de la part des médias traditionnels : l’une des principales chaînes de télévision du royaume a consacré au dossier une émission spéciale où elle se demandait : « Sont- ils vraiment des criminels ? »

Ce qui suscite l’indignation est le décalage entre la réalité des faits, l’omniprésence du commerce sexuel en Thaïlande et l’état de la législation qui profite, selon les activistes, à une poignée de policiers corrompus qui reçoivent des pots de vin pour fermer les yeux et fragilisent les femmes, placées à leur merci. D’ailleurs beaucoup murmurent que si Khai Nao a été arrêtée c’est sans doute que son commerce était trop florissant, elle s’était vantée d’avoir gagné près de 25 000 euros en trois mois, sans rien reverser à quiconque. Ce qui attise également la colère est la question des priorités policières, les Thaïlandais comparent des affaires de meurtres ou de corruption restées impunies pendant des années au zèle avec lequel cette histoire de porno en ligne est traitée.

Les libertés individuelles en question

Finalement l’affaire vient s’ajouter au débat sur les libertés individuelles, porté par le mouvement pro-démocratie qui récupère l’affaire et entend de faire de la jeune femme un symbole : symbole du retard du gouvernement actuel, des anciens militaires à l’âge de la retraite pour beaucoup, sur les questions de libertés individuelles.

À écouter aussi : Thaïlande: la reprise des manifestations pro-démocratie

Le lendemain de l’arrestation des deux jeunes, une cinquantaine de militants pro-démocratie se sont présentés devant le commissariat pour exiger leur libération sous caution, finalement obtenue. Khai Nao elle-même, qui est étudiante en droit et n’avait pas jusque-là d’engagement politique particulier, affirme désormais vouloir « utiliser sa formation pour faire avancer les lois en Thaïlande ».

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles