En Thaïlande, des enfants boxeurs arrêtent l'école et s'entraînent cinq heures par jour pour aider financièrement leur famille

France 2

A Bangkok, capitale mondiale de la boxe thaïlandaise, ou muay-thaï, les matchs de jeunes garçons attirent les foules dans les stades. Il y a même des enfants de 6 ans qui s'affrontent sur les rings. Vers 12 ans, certains de ces petits boxeurs poursuivent leur apprentissage dans des camps d'entraînement. Comme celui où "Envoyé spécial" a tourné ces images. Il accueille dix garçons, qui travaillent dur cinq heures par jour pour perfectionner leur technique.

Des K.-O. parfois fatals

"Si on ne les entraîne pas assez, explique leur entraîneur, ils pourraient être mis K.-O. sur le ring, et assommés. Ils seraient blessés ici et là… le corps serait trop faible, et ils ne pourraient pas combattre leurs adversaires." Ces K.-O. ne sont pas rares, et peuvent mener au drame. En novembre 2018, un adolescent de 13 ans est décédé après un K.-O. et une hémorragie cérébrale lors d'un match de muay-thaï.

Ici, les garçons grandissent au rythme de ces entraînements et des temps de repos passés ensemble dans les dortoirs. Quelques-uns suivent des cours par correspondance, mais beaucoup ont arrêté l'école. Comme Phô, 13 ans : "Moi, je ne savais pas lire, explique-t-il, alors je préférais boxer." Ses parents étaient "vraiment pour", affirme-t-il. Il (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi