Thaïlande. Des cadavres dans les rues de Bangkok, symboles de la gestion désastreuse de la pandémie

·1 min de lecture

En vingt-quatre heures, trois corps sans vie ont été retrouvés dans les rues de la capitale. Tous n’étaient pas infectés par le virus, mais ces images témoignent de l’échec du gouvernement à endiguer l’épidémie, s’accorde à dire la presse thaïlandaise.

“Un homme infecté par le Covid-19 est mort devant un temple du vieux Bangkok, rapporte le site Coconuts le 21 juillet. À quelques kilomètres de là, un autre corps a été retrouvé sur l’avenue Ratchadamnoen. Un troisième homme, âgé de 40 ans, a été découvert inanimé devant une galerie commerciale.” Trois cadavres qui, pour le média, constituent un “indicateur macabre” du bilan de plus en plus lourd de la pandémie en Thaïlande, frappée par une troisième vague.

De nombreux critiques du gouvernement y voient pour leur part l’échec de la gestion de la crise sanitaire par le gouvernement, rapporte le Bangkok Post. Car, même si seulement l’un des trois défunts a été testé positif au Covid-19, “le manque de ressources est sans aucun doute la raison pour laquelle ils sont morts dans la rue sans qu’on leur porte secours”, commente Coconuts. “Celui infecté par le virus a été laissé sur la voie publique pendant plusieurs heures avant qu’une ambulance n’apparaisse”, renchérit le Bangkok Post.

Le bilan s’alourdit depuis avril

Ces décès, dont les images ont largement circulé, interviennent au moment où le système de santé, à Bangkok notamment, n’arrive plus à faire face. Des malades doivent parfois patienter, et même dormir, à l’extérieur des hôpitaux. Ce jeudi 22 juillet, près de 14 000 nouvelles contaminations ont été enregistrées ainsi que 87 décès, portant le total à 3 697. Jusqu’en avril

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles