En thérapie (Arte) - Reda Kateb : "Adel représente un traumatisme collectif"

·1 min de lecture

C’est presque à reculons qu’Adel est entré dans le cabinet du docteur Dayan, psychiatre et psychanalyste. Quelques jours plus tôt, ce flic d’élite de la brigade de recherche et d’intervention (BRI) était intervenu au Bataclan, à Paris, le 13 novembre 2015. Il n’en est pas sorti indemne : l’assaut a réveillé chez lui des fantômes dont il n’a pas encore conscience. "Quand Éric (Toledano) et Olivier (Nakache) m’ont fait lire les épisodes concernant Adel, j’ai tout de suite accroché avec la qualité d’écriture. J’aimais beaucoup In Treatment, la version américaine de la série israélienne BeTipul, dont s’inspire En thérapie", confie Reda Kateb.

À lire également

En thérapie (Arte) - Frédéric Pierrot partant pour une saison 2 ? "Éric Toledano et Olivier Nakache me l’ont demandé"

En pleine crise d’angoisse, Adel va à ses séances comme on monte au front. Sa nervosité, son agressivité ne parviendront pas à déstabiliser Dayan. "Quand j’ai découvert ce personnage, je me suis vu le jouer, instantanément… Comme au théâtre, les choses devaient naître de la seule puissance du verbe et de l’imagination. Ce face-à-face entre le psy et les patients était un vrai challenge", s’enthousiasme-t-il. Ravi du résult... Lire la suite sur Télé 7 Jours

A lire aussi