«La thérapie antivirale est disponible pour 75% des personnes vivant avec le sida»

Getty Images/iStockphoto - Surasak Taykeaw

Plus de 40 ans après son apparition, le sida reste un problème majeur de santé publique malgré les avancées sur les trithérapies qui permettent aux personnes vivant avec le VIH d'avoir une vie quasi normale. Sharon Lewin, présidente de la Société internationale sur le sida (IAS), explique que s'il n'y a toujours pas de vaccin ou de traitement curatif, des traitements antirétroviraux efficaces existent. L'enjeu est désormais qu'ils soient accessibles à tous.

RFI : Qu'est-ce qui a changé pour les malades du sida ces dernières années ?

Sharon Lewin : Le sida est toujours une pandémie mondiale. Il y a 37 millions de personnes vivant avec le VIH, 1,5 million de nouvelles infections et 600 000 décès chaque année. Il y a donc encore un impact très important du VIH dans le monde. Ce qui a changé, c'est la disponibilité de traitements antiviraux qui soignent bien et permettent aux gens d’avoir une espérance de vie meilleure. Et la thérapie antivirale est disponible pour 75% des personnes vivant avec le VIH.

L'enjeu, c'est donc désormais de rendre plus facile l'accès à ces traitements ?

L'objectif de la communauté mondiale est de la rendre accessible à 95% des personnes. Nous n'avons pas de vaccin et nous n'avons pas de remède. Donc une fois que les gens sont sous traitement, ils doivent le suivre tout au long de leur vie. Nous avons d’excellents antiviraux accessibles à 70% des malades du sida. Mais qu'en est-il des 30% restants ? Nous savons qu’ils se trouvent dans des pays où il existe encore de la stigmatisation et de la discrimination envers les personnes vivant avec le VIH.

Quels freins demeurent encore ?


Lire la suite sur RFI

Lire aussi:
Quels outils de prévention dans la lutte contre le VIH/Sida?
Le Pérou, pays refuge pour les malades du sida