La théorie Mond marque encore des points contre la matière noire

Laurent Sacco, Journaliste
·2 min de lecture

Grâce notamment aux travaux conjugués de bien des astrophysiciens et des cosmologistes inspirés par ceux du prix Nobel de physique James Peebles, le modèle cosmologique standard basé sur l’existence de la matière noire froide et d’une constante cosmologique probablement causée par la présence d’une mystérieuse énergie noire a été considérablement développé et testé. On peut s’en convaincre en lisant les ouvrages aussi bien de Peebles que d’un autre prix Nobel, Steven Weinberg.

Tout se passe comme si des particules de matière encore inconnues mais pas ou quasiment pas sensibles à d’autres forces que celle de la gravitation, comme la force électromagnétique expliquant la lumière, dominaient par leur densité les effets de l’attraction gravitationnelle de la matière baryonique normale dans les galaxies et les amas de galaxies.

Cette matière noire était jusqu’il y a peu un ingrédient incontournable et le seul connu pour faire naître rapidement les galaxies et expliquer les caractéristiques du rayonnement fossile observées par Planck.

Toutefois, depuis des décennies, des astrophysiciens ne sont pas convaincus par l’existence de ces particules qui échappent toujours aux détecteurs sur Terre et dans l’espace, que ce soit avec le LHC, AMS ou même Xenon 1T. Ils préfèrent postuler des modifications des lois de la mécanique céleste lorsque le champ de gravitation devient faible en explorant les prédictions de plusieurs théories de la gravitation que l’on peut construire dans le cadre posé depuis le début des années 1980 par le physicien Mordehai Milgrom de l'Institut Weizmann (Israël).

Ce cadre s’appelle Mond, Modified Newtonian dynamics, ce qui peut se traduire par dynamique newtonienne modifiée. Futura a présenté à plusieurs reprises Mond et les recherches à son sujet, notamment avec des interviews avec l’astrophysicien Benoît Famaey qui travaille sur la dynamique des galaxies à l'observatoire de Strasbourg.

Toutefois, modifier les lois de la mécanique céleste de Newton...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura