Théorie alternative à la matière noire, biodiversité et vapoteurs : l’actu des sciences en ultrabrèves

·2 min de lecture

Dans cette sélection du 11 janvier 2021 : des scientifiques ont obtenu des preuves probantes en faveur de la théorie Mond, le One Planet Summit 2021 a eu lieu à l’Élysée (et virtuellement) et une étude indique que cumuler vapotage et cigarette ne réduit pas les risques cardiovasculaires encourus.

L'actualité des sciences du 11 janvier 2021 c'est :

En fondamental : .

  • La théorie Mond (une théorie de la dynamique newtonienne modifiée), introduite dans les années 1980, parvient à expliquer des observations qui ne sont pas compatibles avec l'existence de la matière noire.

  • Une des prédictions de cette théorie est le fait que les mouvements d'un objet dans le cosmos ne devraient pas seulement dépendre de la masse de l'objet lui-même, mais aussi de l'attraction gravitationnelle de toutes les autres masses de l'Univers.

  • Ce phénomène, qu’on appelle “effet de champ externe”, a été observé parmi les courbes de rotation des 153 galaxies du relevé Spitzer.

En biodiversité :

  • Le "One Planet Summit" sur la biodiversité organisé ce lundi 11 janvier 2021 à l’Elysée entend lancer une année cruciale pour la préservation de la nature.

  • Les quatre thèmes majeurs abordés sont la protection des écosystèmes, la promotion de l’agroécologie, la mobilisation des finances pour la biodiversité et les liens entre déforestation, espèces animales et santé humaine.

  • Selon l’Elysée, “la crise du Covid a beaucoup perturbé la diplomatie” et “il y avait besoin de remobiliser collectivement tout un ensemble d’acteurs sur ces sujets fondamentaux.”

En santé :

  • D’après une étude américaine, les vapoteurs qui continuent la cigarette en parallèle ont un risque cardiovasculaire similaire à celui des fumeurs.

  • Leur diminution de consommation de tabac serait trop faible, malgré la cigarette électronique.

  • En France, en 2017, presque 40% des vapoteurs fumaient toujours des cigarettes quotidiennement et 10% occasionnellement.

En nature :

  • Les plantes sont capables de discerner les couleurs sans organes spécialisés comme nos yeux, mais simplement grâce à une grande variété de récepteurs sensibles aux longueurs d’ondes de la lumière.

  • Certaines molécules en particulier, les cryptochromes, jouent un rôle clé dans cette perception des couleurs. Elles sont présentes dans tous les [...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi