Théo retrouvé mort à Lens : l’autopsie conclut à une «origine traumatique»

Le Parisien
Théo Hallez avait disparu dans la nuit du 26 au 27 mai 2018

L’hypothèse d’une chute depuis le toit d’une ancienne boulangerie désaffectée est envisagée par les enquêteurs et les médecins légistes.


Suicide ? Crime ? Accident ? L’autopsie du corps de Théo, l’adolescent de 14 ans découvert cinq mois après sa disparition à Lens, a conclu à une « origine traumatique du décès » mais n’a pas pu déterminer les circonstances de sa mort.

Selon France 3, la piste de la chute est actuellement étudiée par la police judiciaire de Lille et la police scientifique et technique. L’ancienne boulangerie désaffectée, où le corps a été retrouvé vendredi par deux explorateurs urbains, était en effet fermé à clé, et un trou sur la toiture du bâtiment a été repéré. « Les constatations des médecins légistes et des enquêteurs peuvent laisser envisager l’hypothèse d’une chute de hauteur, sans que l’origine n’en soit à ce jour déterminée », a indiqué de son côté le parquet de Béthune. Un drone a survolé la zone mardi, a indiqué La Voix du Nord.

Les vêtements et le portable de Théo retrouvés

Si les analyses ADN sont toujours en cours, une source judiciaire a indiqué qu’il s’agissait bien du cadavre de Théo. Les habits portés par la victime étaient ceux de l’adolescent et son téléphone portable a été retrouvé près du corps - retrouvé dans un état de dégradation avancé.

Pour rappel, l’adolescent de 14 ans avait disparu dans la nuit du 26 au 27 mai. Il était revenu chez lui vers 5h30 après une soirée dans une boîte de nuit puis avait raccompagné un de ses amis jusqu’à son domicile. Il n’est ensuite jamais rentré chez lui.



Retrouvez cet article sur LeParisien.fr

Royaume-Uni : une femme visée par la première injonction pour fortune inexpliquée
Un retraité exalté au cœur du projet d’attaque contre Macron
Ultradroite : trois coups de filet en un an
Au procès Tron, Eva Loubrieu vacille mais maintient ses accusations
Un immeuble s’effondre à Charleville-Mézières, pas de victimes pour l’heure