Le TGV italien arrive sur Paris-Lyon

·1 min de lecture
La dernière génération de TGV italiens.

L’ouverture à la concurrence des dessertes à grande vitesse démarre par la liaison vers l’Italie via Lyon. L’opérateur national italien va se lancer avec des moyens modestes face à la SNCF.

Paris-Lyon, l’artère impériale ainsi nommée depuis son inauguration par Napoléon III, va être l’enjeu d’ici à la fin de l’année d’un match en TGV SNCF contre Frecciarossa, la Flèche rouge de l’opérateur national italien Trenitalia. Celui-ci peaufine actuellement son offre sur la liaison Paris-Lyon-Turin-Milan. Depuis la fin de l’année dernière, tout opérateur étranger est autorisé à faire circuler ses trains (classiques et TGV) sur le territoire français, dans les mêmes conditions que la SNCF. Le cabotage est autorisé par l’UE, c’est-à-dire transporter des passagers pas seulement entre Paris et l’Italie mais aussi entre Paris et Lyon. Une ligne attractive, c’est le tronçon à grande vitesse le plus fréquenté d’Europe. Avec près de 45 millions de passagers en 2017, cela représentait le tiers du trafic annuel TGV de la SNCF.

À LIRE AUSSI - Comment l'État a ressuscité le train de nuit (après l'avoir abandonné)

Deux Frecciarossa par jour

Trenitalia pourrait afficher la marque de sa filiale Thello, déjà utilisée pour le train de nuit Paris-Venise et celui de jour Marseille-Milan (tous deux arrêtés aujourd’hui). La grille horaire n’est pas encore publiée, mais on sait que cinq trains Frecciarossa 1000, aptes à rouler en France, y ont été dédiés. Ce qui, en gardant une rame de réserve au dépôt pour maintenance, permet d’assurer deux allers et retours quotidiens dans chaque sens. L’offre est minimaliste face à celle de la SNCF qui propose une liaison chaque heure entre [...] Lire la suite

Ce contenu peut également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles