"Il est Elle" sur TF1 : l'artiste transgenre Andréa Furet interprète une histoire qui fait écho à la sienne

·1 min de lecture

Elle pose pour le photographe, tee-shirt noir au-dessus du nombril, jean et baskets. Cheveux longs, regard souligné d’un trait d’eyeliner, rouge à lèvre discret, elle sourit à l’objectif, très à l’aise. Andréa Furet, 19 ans, assure la promo du téléfilm Il est Elle diffusé le 1er novembre sur TF1. Dans cette fiction, elle incarne "Juju", qui annonce à ses parents être une fille dans un corps de garçon. L’histoire fait écho à ce qu’a pu vivre la comédienne, elle-même transgenre. 

"Toute ma petite enfance, j’ai eu le sentiment d’être différente. Je ne savais pas trop comment l’expliquer. On ne parlait pas beaucoup de ces sujets-là dans les années 2000", explique-t-elle, volubile, sa silhouette longiligne calée dans un canapé. Même au passé, elle parle d’elle au féminin. Comme pour Juju dans le film, "ça toujours été Elle". En primaire, elle aimait bien jouer aux Barbies, aux Petshops, faire de la corde à sauter ou de l’élastique avec ses amies filles. Elle a toujours adoré la mode et les concours de beauté. 

Andréa Furet a fait son coming-out en juin 2019

Mais attention aux stéréotypes. Ce n’est qu’au collège, vers 13-14 ans, alors qu’elle traîne davantage avec des garçons, qu’elle se pose des questions. "Le sujet dont on parlait le plus, c’était la sexualité, se souvient-elle. Je me sentais plus attirée par les hommes mais je m’identifiais pas du tout à un homosexuel." Vers 14-15 ans, elle tombe sur le mot transidentité : "Là, ça a été comme un déclic." Mais elle ne dit ri...


Lire la suite sur LeJDD

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles