"Il est elle" sur TF1, un film sur une ado trans important mais "pas militant"

·3 min de lecture
Andréa Furet dans le rôle d'Emma pour le téléfilm
Andréa Furet dans le rôle d'Emma pour le téléfilm

TÉLÉFILM - “Au-delà d’un acte militant, le film raconte l’histoire incroyable d’une famille qui explose”, déclare Clément Michel, réalisateur du téléfilm Il est Elle, diffusé ce lundi 1er novembre sur TF1. Avec l’actrice Andréa Furet, ils se sont livrés au HuffPost sur leurs volontés et leurs ressentis dans la création de ce film, le premier à aborder la question de la transition des personnes transgenres sur la Une.

Librement inspiré de Barricades, la bande dessinée de Charlotte Bousquet et Jaypee, Il est Elle raconte l’histoire d’Emma (Andréa Furet). Mal dans sa peau, elle grandit avec le prénom Julien tout en s’étant toujours sentie fille. Elle décide de l’annoncer à ses parents, joués par Odile Vuillemin et Jonathan Zaccaï. La nouvelle secoue la famille, qui se déchire sur l’accompagnement d’Emma dans sa transition.

“Un heureux hasard”

Il est Elle parle avec bienveillance de la transition des personnes trans, pour qui le genre qui leur a été assigné à la naissance ne correspond pas au genre qu’ils ressentent, qui forme leur identité intime. Mais si la thématique abordée dans le téléfilm est aujourd’hui un sujet de société, Clément Michel confie que ce n’est “pas un film militant”.

Celui qui n’a pas écrit le scénario raconte avoir avant tout été “plongé dans cette histoire, sans rien connaître du sujet”. Un thème qui est “un heureux hasard” pour Clément Michel mais également pour Andréa Furet puisque l’actrice de 19 ans n’a pas cherché à tout prix un rôle qui fasse écho à son histoire. “Je ne sais pas si c’est le destin ou le hasard”, assure-t-elle.

L'affiche du téléfilm
L'affiche du téléfilm

Jeune comédienne, Andréa Furet a récemment obtenu le Prix d’interprétation féminine au Festival de Luchon pour son rôle dans Il est Elle. Elle-même transgenre, Andréa Furet a entamé sa transition à la fin de son adolescence.

Mais ce n’est pas pour cette raison qu’elle a été choisie pour le rôle. Clément Michel nous précise: “Je l’ai choisie non pas en fonction de ce qu’elle est, mais pour ce qu’elle fait”. Une initiative que salue Andréa Furet, même si, pour elle, il est important de “laisser ce genre de rôle à des personnes concernées”. Et de confier qu’aujourd’hui elle souhaite être reconnue comme une comédienne femme et non pas catégorisée comme une actrice trans: “Trans n’est pas mon métier”.

“Informer, émouvoir et bouleverser”

Il est Elle raconte l’histoire de la transition d’Emma, mais dépeint également l’angoisse de sa mère, la peur de son père et la colère de sa sœur face à sa décision. Le film, présenté en deux parties, inscrit les personnages dans un petit village, où la question de la transidentité n’est pas commune. Il pose la question: comment comprendre quand il n’existe pas de modèle auxquels se référer?

Mais le film n’est pas “une histoire qui plombe”. Clément Michel indique avoir voulu apporter de la légèreté “en s’amusant avec les collégiens et les lycéens”, et ajouter “des pointes heureuses”. Andréa Furet a également été séduite par cette vision “teenage, high school”, où se mêlent histoires d’amour et groupe de rock.

Andréa Furet et Maxence Danet-Fauvel pour le téléfilm
Andréa Furet et Maxence Danet-Fauvel pour le téléfilm

Il est Elle porte un message fort de tolérance. Diffusé sur TF1 à une heure de grande écoute, le téléfilm est destiné à être regardé par plusieurs millions de téléspectateurs. “Je trouve ça génial que TF1 ait voulu s’emparer de ce sujet”, assure le réalisateur. Lui comme Andréa ont pleinement conscience de l’impact que peut avoir Il est Elle.

Transmettre un message sur les personnes trans n’est pas la raison première de leur implication dans la création du film. Mais Andréa Furet nous dit avoir tenté de “défendre au mieux cette thématique, informer, émouvoir, bouleverser les gens et aider les personnes dans cette situation pour les pousser dans leur démarche”.

Interrogée sur les réactions que le téléfilm pourrait engendrer, Andréa Furet nous confie être sereine, et ne pas appréhender. Clément Michel déclare quant à lui que le film “est là où il fallait qu’il soit”.

À voir également sur Le HuffPost: “Buzz l’Éclair”, spin-off de “Toy Story” se dévoile en bande-annonce

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles