Les textes sacrés soumis aux «like»

Libération.fr

A la manière de Tinder, qui permet de rencontrer ou pas telle ou telle personne, on pourrait soumettre les lois, la Bible ou le Coran à l’approbation de tous.

Tout le monde sait aujourd’hui que nous sommes des cyber-êtres. La technologie s’est immiscée dans tous les aspects de nos vies, et est devenue partie intégrante de notre développement cognitif. Nous sommes davantage «devant l’écran» que dans la vie réelle, et notre cyber-existence, qui se compose de bits et de pixels, nous amène à être toujours «à l’écran». Aujourd’hui, de plus en plus d’applications sont conçues pour filtrer, naviguer et surfer au travers de notre vie. Ainsi, Tinder est une appli et une façon simple d’apparaître «à l’écran» et d’«être choisi». Avec cette application de rencontre, il suffit de «liker» ou de «disliker» une personne et, si c’est réciproque, alors bingo ! le jeu peut commencer. On «like» ou «dislike» quelqu’un en faisant simplement glisser son doigt sur l’écran, nul besoin de faire des compliments ou de faire semblant d’avoir un appel pour interrompre une conversation.

Pourquoi ne pas appliquer cette technique du «oui» ou «non» à tout autre chose : une idée, un livre, un poème ? Allons plus loin, et disons oui ou non à une proposition politique, à un verset ou à un passage de la Bible, à une sourate du Coran. Pourquoi ne pas l’envisager comme une façon de «dédogmatiser» une structure d’idées en la plaçant par fragments «à l’écran», et en autorisant l’interprétation personnelle, puis en disant simplement «non» ?

Cette démarche contourne le choix démocratique, popularise la possibilité de faire un choix en s’affranchissant des institutions et permet à l’individu de prendre une décision personnelle. Elle vous place face au texte sacré, qu’il s’agisse d’un texte saint, juridique ou politique. Le processus de défragmentation constitue la première étape de la critique. On l’applique à l’ensemble du texte, qui est déconstruit sur une feuille Excel. C’est une transgression technologique (...)

Lire la suite sur Liberation.fr

L’ennemi est le résultat de l’ignorance
Anne Sinclair, ou la présidentielle vue du ciel
Rassembler la gauche, c’est possible
Sauvons Asli Erdoğan et les démocrates emprisonnés en Turquie !
Emmanuel Macron, le nouveau «ni-ni»

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages