Ce texte majeur du Pacte vert a été adopté par l'Union européenne avec le soutien surprise de l'Autriche

Les Etats de l'Union Européenne ont définitivement adopté une législation-clé du Pacte vert qui impose la restauration des écosystèmes abîmés. De façon inattendue, la ministre autrichienne de l'Environnement a défié son propre gouvernement pour soutenir le texte après des mois de blocage.

La décision a été soutenue par 20 Etats sur 27 lors d'une réunion des ministres de l'Environnement à Luxembourg. Elle ouvre la voie à l'entrée en vigueur de ce texte destiné à enrayer la perte de biodiversité, et dont l'impact pour l'agriculture a fait débat. Il avait déjà été validé par les eurodéputés.

"Querelle interne"

Coup de théâtre : l'Autriche, qui avait officiellement choisi de s'abstenir en raison de divisions dans la coalition au pouvoir, a finalement voté pour. Le chancelier conservateur Karl Nehammer a jugé "illégal" le vote de sa ministre écologiste Leonore Gewessler, et annoncé "introduire un recours en annulation" devant la justice européenne.

Lire aussiColère des agriculteurs : qu’y a-t-il dans la loi sur la restauration de la nature ?

Le Belge Alain Maron, dont le pays assure la présidence tournante de l'UE, a estimé qu'il s'agissait d'une "querelle interne" à l'Autriche, seul comptant le vote des ministres. "Pas de pause environnementale (...), c'est notre devoir de répondre à l'urgence de l'effondrement de la biodiversité", a commenté ce responsable écologiste.

La législation, dont l'adoption est qualifiée de "victoire historique" par l'ONG environnementale WWF, impose d'instaurer d'ici à 2030 des mesures de rétablissement des écosystèmes sur 20% des terres et espaces marins à l'échelle de l'UE, et de restaurer 30% des habitats (zones humides, forêts...) en mauvais état.

D'autres dispositions visent à améliorer les critères mesurant la santé des forêts, à retirer des barrages sur les cours d'eau, à stopper le déclin des abeilles. Après d'âpres pourparlers, concernant notamment le secteur agricole, les négociateurs du Parlement européen et des Etats s'étaient entendus mi-novembre 2023 sur une version très édulcorée de cette législation "restauration de la nature", un accord entériné fin février par les eurodéputés.

D'autres dispositions visent à améliorer les critères mesurant la santé des forêts, à retirer des barrages sur les cours d'eau, à stopper le déclin des abeilles. (AFP/Archives - GUILLAUME SOUVANT)
D'autres dispositions visent à améliorer les critères mesurant la santé des forêts, à retirer des barrages sur les cours d'eau, à sto[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi