Le Texas interdit quasi tous les avortements, la Cour suprême refuse d'intervenir

·2 min de lecture

La Cour suprême des Etats-Unis a offert une victoire majeure aux opposants à l'avortement dans la nuit du mercredi 1er au jeudi 2 septembre, en refusant de suspendre une loi du Texas qui interdit d'avorter après six semaines de grossesse même en cas de viol ou d'inceste.

La haute juridiction, saisie en urgence par des défenseurs du droit à l'avortement, ne se prononce pas sur la constitutionnalité de la loi entrée en vigueur 24 heures plus tôt dans ce vaste Etat conservateur, mais elle invoque "des questions de procédures complexes et nouvelles" pour la laisser en place tant que la bataille judiciaire se poursuit. Sa décision a été prise à une courte majorité de cinq magistrats sur neuf, dont trois ont été choisis par Donald Trump pour leur opposition à l'avortement. Elle représente donc aussi une victoire a posteriori pour l'ancien président et ses alliés conservateurs. "Les républicains avaient promis de faire tomber Roe v. Wade et ils ont réussi", a immédiatement tweeté l'élue démocrate Alexandria Ocasio-Cortez, en référence à l'arrêt emblématique de la Cour suprême qui, en 1973, a reconnu le droit à l'avortement aux Etats-Unis. De fait, la loi texane est la plus restrictive autorisée à entrer en vigueur depuis près d'un demi-siècle.

Signée en mai par le gouverneur républicain Greg Abbott, elle interdit au Texanes d'avorter une fois que les battements de cœur de l'embryon sont détectés, soit après environ six semaines de grossesse, alors que la plupart des femmes ne savent même pas qu'elles sont enceintes. Une seule exemption est prévue: en cas d'urgence médicale. Plus de 85% des avortements pratiqués jusqu'ici au Texas avaient lieu après cette date, selon les organisations de planning familial qui ont fait état mercredi de leur profond désarroi.

Manifestation contre l'avortement, le 29 mai 2021 à Austin, au Texas (Getty/AFP/Archives - SERGIO FLORES)
Manifestation contre l'avortement, le 29 mai 2021 à Austin, au Texas (Getty/AFP/Archives - SERGIO FLORES)

Manifestation contre l'avortement, le 29 mai 2021 à Austin, au Texas (Getty/AFP/Archives - SERGIO FLORES)

"Je me suis réveillée triste, inquiète, sonnée", a déclaré Amy Hagstrom Miller, directrice de l'organisation Whole Woman's Health qui gère quatre cliniques au Texas. L'une d'elles, à Fort Worth, a réalisé des avortements jusqu'à 23H56 mardi soir, mais a dû s'interrompre alors qu'il restait des patientes en salle d'attente. "Les médecins pleuraient et me demandaient: qu'est-ce qu'on [...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles