Tex évincé de France 2 : l’ex-animateur des Z’amours dénonce un « acharnement »

·1 min de lecture

« Vous savez ce qu’on dit à une femme qui a déjà les yeux au beurre noir ? On ne lui dit plus rien, on vient déjà de lui expliquer deux fois », avait raconté Tex dans l’émission C’est que de la télé en novembre 2018. Cette "blague" avait été dénoncée par Marlène Schiappa, qu’elle avait qualifiée d’« indigne et irrespectueuse qui banalise les violences conjugales ». Le 14 décembre suivant, face au tollé provoqué sur les réseaux sociaux, France 2 annonçait se séparer du présentateur, sous les yeux ahuris de nombreuses personnalités de télévision qui jugeaient alors la mesure prise très excessive. Même son successeur, Bruno Guillon, prenait sa défense au micro d’Europe 1 : « Je l’ai souvent dit, je ne pense pas qu’un humoriste est un citoyen au-dessus des autres, il ne doit pas tenir des propos racistes ou antisémites, mais je pense que l’humoriste a le droit à l’outrance et de flirter avec la ligne jaune. […] C’est ce que disait Anne Roumanoff, Tex n’est pas Bertrand Cantat, ne nous trompons pas de cible. Cette sanction disproportionnée sur Tex est contre-productive ».

Invité d’RTL ce vendredi 29 janvier, Tex est revenu une nouvelle fois sur le scandale qu’avait provoqué sa "plaisanterie" sur un plateau télé. Son discours n’a pas changé mais l’animateur de 60 ans concède qu’il n’a pas été facile de se sortir de cette situation. D’un point de vue psychologique tout particulièrement.

Après avoir mis un temps à réaliser ce qui était vraiment en train de se jouer, Tex a avoué à l’émission (...)

Lire la suite sur le site de Voici

Comment réaliser le make-up de vos influenceuses préférées avec les produits Atomik Cosmetics ?
Lupin : pourquoi la suite de la Saison 1 tarde à arriver sur Netflix ?
En thérapie : Carole Bouquet a-t-elle déjà été voir un psychiatre ?
Les reines du shopping : une participante en couple avec un candidat de The Voice
Jean-Luc Romero : un homme condamné dans la mort tragique de son mari Christophe Michel