Tevez : "Les footballeurs peuvent vivre un an sans être payés"

Carlos Tevez, l'un des attaquants phares en Argentine, estime que les footballeurs professionnels au plus haut niveau devraient proposer de réduire leurs salaires dans le contexte de la crise des coronavirus.

Comme tous les autres joueurs de l'élite mondiale, la star de Boca Juniors Tevez est inactif après la suspension de la saison nationale en Argentine. L'équipe de Barcelone s'est résolué à baisser de 70% ses salaires pour garantir que le club puisse continuer à fonctionner pendant l'état d'urgence en Espagne, tandis que des joueurs tels que Lionel Messi, Cristiano Ronaldo, Kylian Mbappe et Robert Lewandowski ont tous fait des dons pour soutenir des organisations caritatives et des associations qui se battent contre la propagation de Covid-19.

Vieira : "C'est indécent de parler de football"

Le club de Premier League Newcastle United, Tottenham, Norwich City et Bournemouth ont mis le personnel non joueur en congé pour profiter d'un programme récemment mis en place par le gouvernement britannique, tandis que les instances locales outre-Manche continuent de débattre si les joueurs en Angleterre devraient effectuer des réductions de salaire.

L'ancien attaquant de Manchester United et de Manchester City, Tevez, a lui un avis tranché sur la question. Pour lui, il n'y a pas de débat possible car les joueurs devraient pouvoir subvenir à leurs besoins sans être payés intégralement. "Un footballeur peut vivre six mois ou un an sans recevoir de salaire", a déclaré Tevez sur America TV en Argentine. "Nous ne sommes pas dans le même désespoir que ceux qui vivent avec des enfants tous les jours, qui doivent quitter leur maison à six heures du matin et revenir à sept heures du soir pour nourrir la famille. Nous ne sommes pas un exemple dans ce cas; on l'est dans d'autres choses. Nous devons être là et aider. Il est facile pour moi de parler, sachant que j'ai de la nourriture pour mes enfants. Mais des gens désespérés, qui ne peuvent pas bouger et ne peuvent pas quitter la maison. C'est inquiétant."