Tests, traitements, mortalité... Ce que les députés comptent demander à Didier Raoult

Raphaël Grably
Didier Raoult, le 3 juin 2020 - Christophe SIMON / AFP

C’est une séquence particulièrement attendue. Après l’audition de Jérôme Salomon, directeur général de la Santé et avant celle d’Agnès Buzyn, ancienne ministre de la Santé, les 32 députés de la commission d'enquête de l'Assemblée nationale sur la gestion du Covid-19 poseront ce 24 juin leurs questions au professeur Didier Raoult.

À partir de 16h45, le controversé directeur de l’IHU Méditerranée Infection sera notamment interrogé sur trois éléments clés de la lutte contre la pandémie de coronavirus: la politique de tests, les traitements et l’efficacité de la prise en charge de ses équipes marseillaises. Une audition à suivre en direct sur BFMTV et BFMTV.com.

Attentes autour de l’hydroxychloroquine

La présidente de la commission et députée LaREM Brigitte Bourguignon justifie l’audition de Didier Raoult par le rôle qu’il a tenu durant l’épidémie. “Il aurait été complètement anormal de ne pas auditionner le professeur Raoult qui a fait partie du paysage de cette crise sanitaire” défend-elle au micro d’Europe 1.

Parmi les principaux points abordés figurera sans nul doute l'usage de l'hydroxychloroquine face au Covid-19, que le professeur Raoult continue de défendre malgré des études qui contestent son efficacité, dont notamment l'essai clinique britannique Recovery mené sur plus d'un millier de patients, et des critiques de ses pairs sur sa méthode.

“Il y a eu des controverses sur l’efficacité ou pas de la chloroquine. Il est important que l’on puisse comprendre les choses” complète auprès d’Europe 1 Boris Vallaud, député socialiste et vice-président de la commission.

Le sujet sera également abordé par Eric Ciotti, député LR et rapporteur de la commission, par le prisme des vifs débats scientifiques qui ont entouré le traitement à l'hydroxychloroquine, marqués notamment le fiasco de l'étude publiée par la revue The Lancet. “Nous poserons les question sur l’utilité de ces controverses”, expliquait-il ce mercredi matin sur Public Sénat.

L’épineuse question des tests

L’autre grand sujet de l’audition du professeur Raoult sera la politique de tests menée par le gouvernement, jugée insuffisante par l’opposition, mais également par une partie du corps médical. L’infectiologue, qui est parvenu à tester massivement au sein de l’IHU Méditerranée Infection, sera ainsi amené à expliquer sa stratégie.

“Nous aurons des questions sur la politique de test. C’est l’un des rares endroits en France (l’IHU Méditerranée Infection, ndlr) où une politique assez massive de tests a eu lieu, là où elle a fait défaut ailleurs", a expliqué Boris Vallaud sur BFMTV.

"Notre sujet n’est pas de distribuer des bons ou des mauvais points, nous n’avons pas la compétence scientifique pour expertiser les tests cliniques, mais on a besoin de comprendre comment une controverse scientifique est née au cœur de la crise et ce qu’elle implique du point de vue de sa gestion, du point de vue de la confiance dans les autorités”, a précisé l'élu socialiste sur notre antenne.

Toujours sur Public Sénat, Eric Ciotti a également évoqué le sujet. “La stratégie de tests du professeur Raoult est incontestablement une très grande réussite. Pourquoi lui a réussi et pourquoi en France (...) au début de la crise, il y avait à peine 3000 tests par jour en France, contre 50.000 en Allemagne?” s’est-il interrogé.

Le sujet des tests devrait logiquement entraîner le débat sur les contraintes légales auxquelles ont dû faire face certains laboratoires, et qui auraient pu nuire à leur utilisation massive. Auprès de BFMTV, le député non inscrit Joachim Son-Forget affirme sa volonté d'interroger Didier Raoult sur "les empêchements administratifs dont il a été la cible et la victime".

Une différence de mortalité à Marseille?

Les députés chercheront également a éclaircir les propos récurrents et controversés de Didier Raoult concernant la différence de mortalité entre Marseille et les autres grandes villes françaises, à commencer par Paris. Au mois de mai, le médecin avait notamment évoqué un chiffre de 140 morts par million d’habitants à Marseille, contre 759 morts par million d’habitants à Paris.

"Des déclarations qui sont très difficiles à prouver ou à contredire parce que c'est très compliqué de faire ce genre de calculs, il y a tellement de facteurs confondants dans ce type d'études", avait alors rétorqué sur BFMTV Yves Buisson, épidémiologiste et président du groupe Covid-19 à l'Académie nationale de Médecine.

À la suite de cette audition, Didier Raoult sera l’invité de Jean-Jacques Bourdin à 8h20 ce jeudi 25 juin, sur BFMTV et RMC, auquel il répondra en direct.

Article original publié sur BFMTV.com