Tests, pass sanitaire... comment s'organise l'Europe pour accueillir les touristes ?

·6 min de lecture

À l'approche des vacances d'été, les pays d'Europe s'organisent pour pouvoir accueillir de nouveau les touristes avec des tests PCR, un pass sanitaire ou encore des mesures barrières à respecter sur place. État des lieux.

En 2020, très peu de vacanciers se sont risqués à voyager hors de leurs frontières pour les vacances d'été. Un an plus tard, même si la crise sanitaire n'est pas finie, les pays européens s'organisent pour accueillir de nouveau les touristes misant tout sur les tests PCR, pass sanitaires obligatoires et des mesures à respecter sur place. Tour d'horizon des mesures appliquées en Espagne, en Italie, en Grèce ou encore au Royaume-Uni.

>> À lire aussi : "Covid-19 : qui peut entrer et sortir du territoire français à partir du 9 juin ?"

• Toutes les personnes vaccinées bienvenues en Espagne

L'été 2021 devrait être nettement plus radieux pour le secteur touristique en Espagne, avec un niveau d'activité représentant près de 70 % de celui de l'été 2019, contre à peine 30 % en 2020 par rapport à 2019, selon un rapport de l'organisation patronale Exceltur publié fin avril.

Dans le cadre d'une décision prise au niveau de l'Union européenne, l'Espagne a décidé de laisser entrer, à partir de lundi 7 juin, toutes les personnes vaccinées quel que soit leur pays d'origine. Les voyageurs en provenance de l'UE, non vaccinés, doivent, quant à eux, présenter un test PCR ou antigénique négatif de moins de 72 heures à leur arrivée et remplir un formulaire sanitaire.

Seule exception : les Britanniques. Premier contingent de touristes dans le pays en temps normal, ces derniers peuvent déjà entrer en Espagne. En revanche, le pays est toujours considéré à risque par le Royaume-Uni, qui impose une quarantaine au retour à ses ressortissants, de quoi les dissuader de venir profiter du soleil.

En revanche, les voyageurs non vaccinés des États-Unis et de la grande majorité des pays tiers hors UE ne peuvent pas rentrer en Espagne sauf pour des motifs très limités. La Chine, le Japon (depuis le 24 mai), la Corée du Sud, la Thaïlande et Singapour sont les seuls pays asiatiques pour lesquelles l'Espagne autorise l'entrée de voyageurs sans test PCR négatif.

Sur place, le port du masque reste obligatoire même à l'air libre, sauf à la plage si les vacanciers "restent à un endroit déterminé et respectent la distance minimale d'1,5 mètre avec les personnes". Il faudra en revanche le porter si l'on se promène sur la plage.

Les restrictions, notamment dans l'hôtellerie et la restauration, varient selon les 17 régions espagnoles, compétentes en matière de santé et sont régulièrement modifiées. La région de Madrid et la Catalogne n'ont plus de couvre-feu et les bars et restaurants peuvent y ouvrir jusqu'à 1 h dans la première et minuit dans la seconde.

• Test obligatoire pour l'Italie

En Italie, les passagers en provenance de l'UE, du Royaume-Uni et d'Israël doivent présenter un test PCR ou antigénique négatif effectué dans les 48 heures précédant l'arrivée en Italie. Ils ne sont pas soumis à une quarantaine mais doivent remplir un formulaire sanitaire.

Pour les passagers en provenance notamment d'Australie, Corée du Sud, Rwanda, Thaïlande, Canada et États-Unis, un test PCR ou antigénique négatif effectué dans les 72 heures précédant l'arrivée est nécessaire ainsi qu'une quarantaine de dix jours avec nouveau test à la fin. L'Italie est interdite aux touristes en provenance du Brésil, de l'Inde, du Bangladesh et du Sri-Lanka.

Le port du masque est toujours obligatoire aussi bien à l'intérieur qu'à l'extérieur, même s'il y a un débat sur la levée de cette obligation pour l'extérieur courant juillet. Un couvre feu de minuit à 5 h dans les zones " jaune " (risque modéré de contagion), est en vigueur. Les tablées sont limitées à 4 personnes maximum dans les bars et restaurants, aussi bien à l'intérieur qu'à l'extérieur.

• Test PCR pour le Portugal

Pour se rendre au Portugal, tous les touristes doivent être en possession d'un test PCR négatif de moins de 72 heures. Peuvent venir les passagers en provenance de pays de l'UE, de pays de l'espace Schengen (Liechtenstein, Norvège, Islande et Suisse) et du Royaume-Uni. Sont également autorisés les vols en provenance d'Australie, de Corée du Sud, d'Israël, de Nouvelle-Zélande, du Rwanda, de Singapour, de Thaïlande, de Chine.

Pour les autres pays, seuls des voyages essentiels (professionnels, regroupement familial, raisons de santé...) sont permis.

Sur place, les touristes devront respecter les règles de distanciation et le port du masque obligatoire notamment. Le gouvernement a aussi défini un ensemble de règles pour les plages et les piscines publiques. Il faudra par exemple respecter une distance d'au moins trois mètres entre les parasols. Un système d'information sur l'occupation des plages a également été lancé avec 3 couleurs selon le niveau d'occupation.

>> "États-Unis : le désarroi des Européens bloqués de part et d’autre de l’Atlantique"

• Un formulaire de localisation à remplir en Grèce

D'après le ministre du tourisme Haris Theocharis, environ 150 000 touristes sont arrivés en Grèce depuis le début de la saison, le 14 mai. L'objectif est d'atteindre en 2021 environ 40-50 % des recettes de 2019 (soit 18,2 milliards d'euros). En 2020, les recettes n'ont été que de 4,28 milliards d'euros.

Les citoyens de l'espace européen, Schengen et assimilés, ainsi que les résidents permanents d'une vingtaine de pays dont le Canada, les États-Unis, Israël, la Chine, la Thaïlande, la Russie, l'Arabie saoudite peuvent entrer dans le pays mais sont soumis à certaines réglementations.

Il leur faut ainsi remplir un formulaire de localisation en ligne au moins la veille de leur arrivée en Grèce, présenter à l'embarquement soit un certificat de vaccination complète achevée au moins 14 jours avant le voyage, soit le résultat d'un test PCR négatif au coronavirus de moins de 72 heures, soit un certificat de rétablissement (certificat d'immunité post-infection).

Sur place, le port du masque reste pour le moment obligatoire en Grèce même en extérieur. Pour se rendre dans les îles, les voyageurs doivent présenter un test PCR ou antigénique négatif, un auto-test, ou un certificat de vaccination. Les discothèques, les salles de spectacles en intérieur restent fermées. Au restaurant, le nombre de personnes autour d'une table est limité à 6.

• Le Royaume-Uni quasi fermé

Le Royaume-Uni est de facto quasi fermé aux touristes étrangers étant donné les strictes restrictions imposées aux frontières pour les arrivées, avec pour la plupart des pays (notamment européens) une quarantaine et de coûteux tests à réaliser. Pour certains (dont Amérique du Sud, Inde, Turquie...), cela va même plus loin, le pays imposant une quarantaine à l'hôtel pour 1 750 livres sterling (2 000 euros).

Il existe seulement une poignée de pays classés verts exemptés de quarantaine, mais cette liste est actualisée toutes les trois semaines et le Portugal vient d'en être retiré trois semaines après y être entré. L'industrie du tourisme se concentre donc sur les visiteurs britanniques, encouragés à rester dans leur pays cet été.

Une grande partie des mesures de restrictions ont été levées, les dernières (limites sur les rassemblements, service debout dans les pubs, discothèques) doivent l'être le 21 juin, mais cette dernière étape risque fort d'être repoussée en raison de la poussée récente du variant indien.

Avec AFP

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles