Tests de dépistage, vaccins, certificats de décès : au mépris de la santé publique, le gouvernement refuse l’aide des infirmiers

*

Dans cette crise liée au Covid-19, la France et les Français ont besoin de l’implication de l’ensemble des professionnels de santé. C’est dans ce sens que les personnels paramédicaux plus particulièrement les organisations infirmières (ordre national des infirmiers, syndicats infirmiers) font des propositions depuis plusieurs semaines aux gouvernements pour améliorer l’organisation sur le terrain et fluidifier la prise en charge des personnes malades. Cependant le gouvernement n’a eu de cesse que de répondre défavorablement aux propositions des infirmiers (La France compte 720.000 infirmiers dont environ 120.000 infirmiers libéraux), préférant pour le déconfinement ne s’appuyer en premier recours, que sur les médecins généralistes.

Ces derniers font un travail remarquable, mais nous le savons, les déserts médicaux font que beaucoup de français n’ont pas accès à un médecin traitant. Ce comportement du gouvernement et plus particulièrement du ministère de la Santé est un classique. Depuis des années sous la pression de certaines organisations médicales, les reformes permettant une évolution des compétences des professionnels paramédicaux sont soit bloquées, soit vidées en grande partie de leur substance. Mais on aurait pu imaginer qu’en temps de crise, la logique du ministère de la Santé aurait évolué, aux bénéfices de tous les français, malheureusement ce n’est pas le cas.



Lire la suite