Les tests Covid pour les voyageurs venus de Chine ont un but scientifique

Ce dimanche 1er janvier, le ministre de la Santé François Braun était à l’aéroport de Roissy-Charles de Gaulle où les voyageurs en provenance de Chine sont soumis à des tests de dépistage du Covid-19.
JULIEN DE ROSA / AFP Ce dimanche 1er janvier, le ministre de la Santé François Braun était à l’aéroport de Roissy-Charles de Gaulle où les voyageurs en provenance de Chine sont soumis à des tests de dépistage du Covid-19.

COVID - Ils veulent connaître au mieux une pandémie qui n’est décidément pas finie. Les tests PCR effectués depuis ce dimanche 1er janvier de manière aléatoire sur les passagers entrant en France en provenance de Chine vont « permettre de suivre les différents variants » du Covid-19, a déclaré le ministre de la Santé François Braun à l’aéroport Roissy-Charles de Gaulle.

« Ce contrôle à l’arrivée n’est pas un contrôle qui empêcherait des citoyens de rentrer sur notre territoire, mais c’est un contrôle plus scientifique, qui va nous permettre de suivre de façon extrêmement précise les différents variants », a déclaré à la presse François Braun, qui était accompagné du ministre délégué chargé des Transports Clément Beaune. En effet, les épidémiologistes ont prévenu qu’avec la vague de Covid-19 qui s’abat actuellement sur la Chine, le risque d’émergence de nouveaux variants est très sérieux.

« Ce sont essentiellement des variants Omicron qu’il y a actuellement en Chine », a poursuivi François Braun, évoquant « une discussion au niveau européen dans la semaine pour harmoniser ce modèle de prise en charge ».

L’explosion des cas de Covid en Chine inquiète

Depuis dimanche, les voyageurs en provenance de Chine doivent obligatoirement porter un masque chirurgical et ils ont consenti au préalable à être soumis à des tests PCR aléatoires, à leur arrivée. À partir de jeudi, ils devront aussi présenter un test (PCR ou antigénique) négatif de moins de 48 heures au départ de leur vol. La France, comme le Royaume-Uni, l’Italie ou les États-Unis, a pris ces mesures face à l’explosion des cas d’infections au coronavirus en Chine, qui a levé début décembre ses mesures de restrictions.

« Il y a six vols qui viennent de Chine de manière hebdomadaire en France, 10 si on inclut les vols à partir de Hong Kong », a précisé Clément Beaune. La plupart des passagers en provenance de Chine ne font que transiter par le hub aéroportuaire de Roissy-Charles-de-Gaulle.

Parmi les 300 passagers du vol Pékin-Paris ayant atterri en fin de matinée, une soixantaine sont entrés sur le territoire français. Tous ont accepté de passer un rapide test PCR avant d’aller récupérer leurs bagages. Avant d’être testés, l’identité des voyageurs a été prise par les agents du centre de dépistage situé dans le Terminal 2E de Roissy. Si leur test s’avère positif, ils sont rappelés et doivent s’isoler sept jours, comme ils y ont consenti à leur départ.

Trois ans après l’apparition des premiers cas de coronavirus à Wuhan (centre), la Chine a mis fin le 7 décembre à sa politique draconienne dite du « zéro Covid ». Depuis la levée des restrictions, les hôpitaux chinois sont submergés par une déferlante de malades pour la plupart âgés, et vulnérables car peu ou pas vaccinés.

À voir également sur le HuffPost :

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Lire aussi