Les tests antigéniques faussent-ils la courbe du Covid-19?

Grégory Rozières
·Chef de rubrique C'est Demain, Science, Techno
·1 min de lecture
Les tests antigéniques utilisés depuis le début du mois de novembre en France ne sont pas comptés dans les statistiques officielles sur le Covid-19. (Photo: Denis Balibouse / Reuters)
Les tests antigéniques utilisés depuis le début du mois de novembre en France ne sont pas comptés dans les statistiques officielles sur le Covid-19. (Photo: Denis Balibouse / Reuters)

SCIENCE - Le frémissement s’est transformé en véritable tremblement. Il y a une semaine, Olivier Véran rappelait que le ralentissement dans la courbe du nombre de cas de Covid-19 demandait à être confirmé. Ce lundi 16 novembre, si l’on regarde les chiffres de Santé publique France, le taux d’incidence s’est effondré de près de 50% en dix jours (de 496 à 257 environ).

Des chiffres encourageants évidemment, mais pourrait-il y avoir un arbre qui cache la forêt? Alors qu’un bug dans la remontée des statistiques laissait planer le doute début novembre, ce n’est plus le cas. Mais un autre risque statistique existe encore: l’arrivée des tests antigéniques.

Plusieurs chercheurs et médecins français, comme Clarisse Audigier-Valette, Laurent Fignon ou encore Eric Billy alertent sur le fait que le taux d’incidence, l’un des principaux indicateurs de suivi de l’épidémie de coronavirus en temps réel, pourrait être biaisé depuis l’arrivée début novembre de ces tests d’un nouveau genre qui ne sont pas encore recensés par les autorités de santé. Et appellent à redoubler de prudence en attendant de voir les courbes des hospitalisations et réanimations suivre le même chemin.

Pas comptabilisés...

Ces tests, approuvés en septembre, fonctionnent avec un écouvillon dans le nez, comme un test PCR classique. La grosse différence, c’est que le résultat est disponible en moins de 30 minutes et que le traitement ne nécessite pas une grosse machine. Ils peuvent donc être réalisés chez le médecin ou en pharmacie.

Leur gros défaut: ils sont moins précis, surtout sur les personnes asymptomatiques ou pr&eacut...

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.