Comme "Les Testaments", voici 8 romans utilisant la dystopie féminine

Jeanne Massé
Margaret Atwood sort aujourd'hui Les Testaments, suite de la Servante Écarlate

LECTURE - Comment mieux sensibiliser sur les questions d’égalité entre les hommes et les femmes, et faire prendre conscience des discriminations liées au genre? La dystopie semble être un style tout trouvé, investi par de nombreux auteurs et autrices, avec comme figure de proue la Canadienne Margaret Atwood. 

Son roman le plus célèbre, laServante Écarlate, sorti en 1985 et adapté depuis en série pour Hulu, s’offre une suite attendue depuis des années:Les Testaments, dont la version française est publiée ce jeudi 10 octobre.

Deux romans qui plongent ses lecteurs dans un monde où le patriarcat a pris tous les droits sur le corps des femmes. Le viol ritualisé des Servantes Écarlates, les seules femmes fertiles de la société, est aidé par la complicité des Épouses, tandis que les Martha ne sont là que pour servir les familles les plus aisées.

Une fiction glaçante? Pour Margaret Atwood, ce n’est qu’une réalité appliquée au monde occidental, mais rien n’est inventé. Les sévices qu’elle décrit ne sont que des retranscriptions des traitements qui sont ou ont été réservés aux femmes dans le monde. 

Ainsi, l’autrice réussit à dénoncer des inégalités systémiques contemporaines en prenant l’excuse de la fiction futuriste: un moyen bien souvent utilisé par les écrivains lorsqu’il s’agit de dénoncer ou d’alerter sur le recul de droits fondamentaux. 

En voici plusieurs à dévorer, avec les bons conseils de Mélina Oligo, libraire, féministe et créatrice de la Glory Book Box; ainsi que de Camille et Louise animatrices du podcast et club de lecture féministe The Feminist Book Club (Paris). Avec elles, nous revenons sur les raisons du succès de la dystopie féministe, et ses limites.

Des romans pour continuer sur la lancée de Margaret Atwood

Les heures rouges, de Leni Zumas

Les heures rouges, Leni Zumas

Acheter sur

Amazon* (21€) Fnac (21€) Leslibraires.fr

*Le prix est celui indiqué par le marchand au moment de la publication de l'article

Retrouvez cet article sur le Huffington Post