Test : seriez-vous un bon astronaute ?

© Nasa/Esa

En avril dernier, Thomas Pesquet est retourné dans l’espace, plus populaire que jamais. Sa cote de sympathie a sans doute joué un rôle dans l’engouement qu’ont manifesté les Français pour tenter de devenir eux-mêmes astronautes. En février, l’Agence spatiale européenne (ESA) a en effet lancé une campagne de promotion. Quelque 22.589 personnes issues de 22 pays ont postulé (contre 8.413 en 2008), dont 7.137 de France, pour seulement quatre à six places.

Le parcours du combattant, qui s’achèvera en octobre 2022, se déroule en six étapes : dossier de candidature (1.500 seront retenus), tests individuels puis en groupes, examens médicaux et deux phases d’entretiens. « L’astronaute est un vrai couteau suisse, à la fois pilote et passager, médecin et patient, scientifique et spécimen, meneur et suiveur », décrit Tim Peake, recruté en 2009, dans son livre Objectif astronaute (éd. Leduc.s, 2019).

Afin de choisir les postulants les plus affûtés, l’ESA les soumet à une flopée de tests techniques, linguistiques (ils doivent parler couramment anglais), logiques mais aussi psychologiques. « La personnalité et le caractère sont plus importants que les compétences en sciences, ingénierie et mathématiques », confiait récemment Tim Peake au journal britannique Daily Mail.

Sans surprise, savoir surmonter son stress est indispensable. Selon l’astronaute Jean- François Clervoy, qui a participé à la sélection de la promotion 2009, « l’objectif ne consiste pas à éviter de le ressentir mais plutôt à (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Quelle est la taille normale d'un pénis ?
Comment faire pour calculer l'aire d'un triangle ?
Le cerveau a-t-il un genre ?
Croissance d'un enfant : existe-t-il des facteurs influençant la taille ?
Qu’est-ce qu’un orgasme thérapeutique ?