Test de missile hypersonique de la Corée du Nord : est-il encore possible de déclarer la fin de la guerre?

·1 min de lecture
© Reuters

C'était une façon, pour le dictateur nord-coréen Kim Jong-un , de célébrer la nouvelle année. Pyongyang a procédé mercredi à un tir d'essai de missile hypersonique, plus rapide et difficile à intercepter qu'un missile balistique, qui a "atteint avec précision une cible à 700 kilomètres de distance", selon l'agence nord-coréenne KCNA. Soit le premier tir de cette année 2022, condamné par la France, les Etats-Unis, le Japon ou encore le Canada, et qui ne sera sans doute pas le dernier. Ce nouveau test vient fragiliser les efforts déployés depuis des mois par le président sud-coréen Moon Jae-in pour déclarer rien de moins que la fin de la guerre entre les deux Corées.

Un tel acte permettrait de remplacer le simple armistice signé en 1953 par la Corée du Nord, la Chine et l'Organisation des Nations unies, dont les troupes étaient majoritairement américaines, sans traité de paix, et qui a conduit à un gel de la situation après trois ans de combats. Cela "marquerait un point de départ crucial dans la création d'un nouvel ordre de réconciliation et de coopération sur la péninsule coréenne", assurait en septembre le chef de l'Etat sud-coréen lors de l'Assemblée générale des Nations unies.

Les Etats-Unis y sont opposés

Cette déclaration, qui ne serait pas juridiquement contraignante mais symbolique, permettrait de relancer des pourparlers avec Pyongyang dans l'objectif de dénucléariser la péninsule. Elle offrirait aussi à Moon Jae-in la possibilité de s'assurer un héritage politique e...


Lire la suite sur LeJDD

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles