On a testé Williwaw, la "rolls" française du ventilateur

Un ventilateur très haut de gamme au tarif d’un climatiseur "premier prix" ? C’est le pari d’un designer passé par les fleurons de l’industrie française qui veut aujourd’hui promouvoir un concentré d’innovations au tarif déraisonnable mais aux promesses alléchantes. Prise en main.

949 euros. Comment justifier une telle somme pour s’offrir un ventilateur ? La question se pose lorsque les températures battent des records comme en ce mois de juin 2022 et que l’on cherche à se rafraîchir "à tout prix". D’autant qu’il ne s’agit pas ici de "s’offrir une marque". Le "Williwaw" n’a pas (encore ?) la notoriété d’un produit de luxe. Il s’agit plutôt d’un "produit d’ingénieur", qui a remporté en 2021 le "prix du Premier ministre" au concours Lépine (où la marque s’est présentée à nouveau en 2022). Et qui, malgré son aspect très classique, présente un grand nombre d’innovations. Nous l’avons pris en main.

Crédits : Williwaw

Le Williwaw brasse de l’air comme tout autre ventilateur. Mais avec une promesse : faire une économie de 30 % sur la facture énergétique du foyer. Un chiffre qui a attisé notre curiosité pour un produit né dans un cerveau français, infatigable pour le défendre. L’idée d’un ventilateur "haut de gamme" a germé dans l’esprit du designer industriel Stéphane Thirouin. En renouvelant l’air au contact de la peau, un ventilateur donne une sensation de fraîcheur, sans les inconvénients d’une climatisation énergivore qui rejette au dehors la chaleur captée dans une pièce (dans une grande ville on estime aujourd’hui que la "clim" conduit à une augmentation de température de l’ordre de 1°C à 1,5°C). Problème des produits "premiers prix" : ils brassent peu d’air et sont bruyants.

Davantage de pales, moins de bruit

Le Williwaw n’est pas le premier à essayer de bousculer le secteur. Les amoureux du design connaissent les produits Dyson, machines épurées, sans pales, capables de faire mouvoir de grands volumes d’air dans une pièce. Efficaces, mais bruyantes. Pour Stéphane Thirouin, c’est une fausse piste. Pourtant, le design, il s’y connaît : il dirige à la naissance du projet celui du leader mondial du petit électroménager, le Français Seb. Pour lui, au contraire, rien de mieux que des pales. Mais pour plus d’efficacité, il en faut plus que trois o[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles