Tesla : un nouveau logiciel de conduite autonome pourrait être impliqué dans un grave carambolage

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Fin novembre à San Francisco, une Tesla S s’est subitement arrêtée sur une voie rapide, provoquant un accident grave. Le conducteur a assuré qu’il testait la nouvelle option « Full Self Driving ».

INTERNATIONAL - Tesla, le constructeur de voitures électriques d’Elon Musk, fait encore les gros titres après un accident et une potentielle défaillance sur l’une de ses toutes nouvelles technologies de conduite autonome. Le 24 novembre 2022, une Tesla Model S s’est arrêtée soudainement sous l’un des axes du Bay Bridge de San Francisco, aux États-Unis.

Ce jeudi 12 janvier, les images de l’accident, enregistrées par les caméras de surveillance, ont été publiées par le site d’investigation The Intercept. Comme le montre la vidéo en tête de cet article, on peut voir une Tesla s’arrêter subitement sur la voie rapide, et provoquer un carambolage de huit voitures, faisant plusieurs blessés.

Le conducteur, un homme de 76 ans selon les médias locaux, a expliqué qu’il était en train de tester la toute nouvelle option « Full Self Driving » (conduite 100% autonome), une fonctionnalité dont le déploiement venait d’être annoncé quelques heures avant l’accident par le PDG de la société, Elon Musk.

Vendue 15 000 dollars aux Etats-Unis, l’option « Full Self Driving » permet de transporter le conducteur d’un point A à un point B sans avoir, la plupart du temps, à conduire sa Tesla - le véhicule prenant seul certaines décisions de conduite. Selon le site The Intercept, il s’agit d’une version enrichie des fonctionnalités d’« Autopilot », qui étaient déjà déployées sur les voitures Tesla ces dernières années. Sur Twitter, l’homme d’affaire se satisfaisait de cette « avancée majeure désormais disponible pour tous ses clients en Amérique du nord ».

Mais ce carambolage, s’il a bien été causé par l’option « Full Self Driving », viendrait contredire la promotion de cette nouvelle option. Et il intervient alors que Tesla est particulièrement scruté par les autorités et les observateurs. Quelques mois plus tôt, la sécurité routière américaine avait publié une enquête sur les accidents provoqués par les options de conduite autonome sur les véhicules roulant aux Etats-Unis. Les options d’assistance à la conduite ont ainsi été impliquées dans plus de 300 accidents de voiture entre juillet 2021 et juin 2022 : et selon le rapport, 70% de ces collisions étaient liées aux options « Autopilot » des Tesla.

VIDÉO- Tesla : quel sera le prix des Model 3 et Model Y avec le bonus écologique ?